Arrivé en août  2018 à la tête des Pharaons, le  Mexicain Javier Aguirre a passé une année seulement sur le banc des sextuples champions d’Afrique puisqu’il a été limogé suite à une élimination précoce lors de Coupe d’Afrique des nations 2019. Cependant, l’ancien entraîneur de  a eu le temps de bien connaître Mohamed Salah  et surtout de l’apprécier.

 Dans un entretien accordé à la chaîne américaine ESPN, Aguirre évoque également la pression subie par la star égyptienne : «Cela vous surprendrait à quel point il est bon, à quel point il est noble: il est le premier à intervenir dans  discussions avec le groupe, le premier dans les salles d’entraînement, le plus sérieux. C’est le meilleur joueur d’Afrique, avec Sadio Mane, et il est musulman aussi. Et porter ces deux étiquettes, avec la pression qui les amène, c’est très, très dur. Il n’a aucune  marge de manoeuvre. La difficulté, c’est tout ce qui l’entoure. Cette grande pression. Il doit faire attention à la moindre chose ».

Javier Aguirre  pense que le poids  de la pression est plus lourd pour  Salah le Pharaon que pour Salah le Red: «En Angleterre, il peut s’estimer heureux, car  il évolue au milieu de 17 autres joueurs de talent et de très haut niveau . Alors que  c’est la folie dès qu’il met  les pieds en Égypte ».

 Mais l’ancien coach de l’Atletico Madrid  (2006-2009) apprécie aussi l’homme Salah : Mais c’est la folie dès qu’il met  les pieds en Égypte. C’est un adorable garçon, charmant. Il est si pur, si innocent aussi.  il n’a pas cette touche  picaresque qu’ont les Argentins ou les Uruguayens. Il est transparent, honnête. Comme le football anglais est capable d’en produire  ». Encore un bel hommage rendu  à l’un des meilleurs égyptiens de tous les temps et le premier a avoir remporté la Ligue des champions d’Europe. C’était en 2019 avec Liverpool. 

@2022mag.com