La Premier League égyptienne et particulièrement ses deux géants cairotes, Ahly et Zamalek, n’aimantent pas que de talentueux joueurs africains, ils ont toujours attiré de très bons entraîneurs européens et sud-américains. Tout comme la sélection nationale qui a confié ses rênes à des mains étrangères. L’arrivée  en terre de Pharons d’entraîneur africains  est moins courante. Le dernier gros coup réalisé par un club égyptien a eu lieu en janvier 2020 lorsqu’il Ahly a débauché  du Mamelodi Sundowns le Sud-africain Pitso Mosimane. Une première pour les deux parties. La  nouvelle fut saluée comme il se doit tant en  Afrique du Sud  qu’en Egypte. Désormais, elle semble donner des idées à d’autres techniciens du pays Arc en Ciel. A l’image de l’ancien Bafana Bafana de légende, Benni McCarthy qui s’est lancé en 2017 avec un certain succès dans la carrière d’entraîneur.

Reçu par Ahmed Hossam « Mido »  dans l’émission  « Le vestiaire » sur la chaîne cairote  Al-Nahar, le champion d’Afrique 1996 a confié rêver de faire comme son compatriote Pitso Mosimane ; entraîner en Egypte et particulièrement le Zamalek:  » Je souhaiterai avoir la chance d’entraîner en Egypte, en particulier une grande équipe comme le Zamalek qui a des joueurs fantastiques, qui sont, je le pense, aussi bons que ceux du Ahly. Donc, quand vous entraînez Zamalek, vous devriez pouvoir rivaliser avec Al Ahly. J’espère que Mido aura le pouvoir de faire de moi un jour  l’entraîneur du Zamalek. J’aimerais tant vivre ce genre de duels. Diriger une équipe très forte contre le Ahly de Pitso Mosimane ». Un deuxième succès avec les Red Devils en Ligue des champions sous la houlette  de l’ancien coach des Brazilians  aiguiserait  sans doute encore plus l’envie de McCarthy de poser ses valises sur les bords du Nil.

@2022mag.com