Cela fait quelques mois que le défenseur axial Adil Rami (33 ans) a quitté l’Olympique de Marseille. il ne l’a pas fait de son plein gré, mais il a été plutôt poussé vers la sortie  à la fin d’une saison passée entre blessures et méforme. Parti rejoindre les Turcs de Fenerbahçe, on ne peut pas dire qu’il y a trouvé les conditions d’un retour de flamme. Au point où un départ du Bosphore  est à l’ordre du jour. Une chose est certaine, le Franco-Marocain n’a toujours pas digéré la fin de l’aventure phocéenne : « Quand on connaît l’histoire, ça a été très choquant et lunaire de se faire virer, a-t-il confié dans les colonnes du Parisien,  j’étais ultra motivé pour prendre une revanche lors de ma troisième saison à Marseille. Le président du club en a décidé autrement. A l’OM,  on m’a coupé l’herbe sous le pied. »

Et le champion du monde 2018 garde une dent contre Jacques-Henri-Eyraud, l’homme qui a contribué grandement à le faire partir en remettant en cause son sérieux voire son professionnalisme :  « Il dit ce qu’il veut. C’est son opinion. réplique l’ancien champion de France avec Lille, J’ai la mienne, J’ai toujours eu conscience de ce qu’impliquent mon statut et mon métier de footballeur professionnel. » Dans la suite de l’entretien, le natif de Bastia affirme vouloir montrer qu’il a encre les moyens de rebondir au plus niveau. A ceux qui peuvent en douter, il dit : » « Ma priorité, c’est de jouer. Je suis toujours joueur de foot. Je suis bien physiquement, bien dans ma tête. J’ai 34 ans mais j’ai la chance d’être arrivé tard dans le football. J’ai une forme de fraîcheur. Je demande plus de temps de jeu. Je sais que je peux apporter plus à cette équipe de Fenerbahçe. » Rebondir, voilà son maître mot Sans doute ailleurs qu’en Turquie et pourquoi pas dans un club ambitieux de la Ligue 1. Avec, dans un petit coin de la tête,  l’équipe de France  et l’Euro  2020.

@2022mag.com