L’Egypte a flirté avec le précipice lors du match disputé à Luanda contre  l’Angola pour le compte de la cinquième journée de la phase de groupes des éliminatoires du Mondial 2022. Menés 2 à 0 durant la première période par les Palancas Negras, les coéquipiers de Mohamed Salah  n’ont été que l’ombre de de ce groupe  qui avait terrassé sans trembler  la Libye  en septembre (1-0 et 3-0).   Jusqu’à ce but inscrit  avant la pause qui  les a remis en selle. Puis, un  deuxième  à l’heure de jeu  qui eur a permis de limiter les dégâts et, surtout, de grappiller ce point dont ils avaient besioin pour valider leur billet pour les barrages prévus en mars 2022.

Après ces grosses  frayeurs, le sélectionneur des Pharaons n’a voulu retenir à chaud que la réaction salutaire de ses hommes : » Deux choses se sont produites en première mi-temps : l’humidité et le temps chaud, a confié  Carlos Queiroz au micro de One Sport, cela nous a coûté beaucoup de temps pour nous adapter aux conditions. C’était difficile pour notre équipe. Malheureusement, nous avons concédé deux buts au cours de cette période, mais la réaction a été fantastique. Lorsque nous avons commencé à contrôler le milieu de terrain, les choses ont changé. Nous avons marqué deux buts et nous aurions dû gagner ce match. Ce n’est pas facile d’être menées 2-0 et d’avoir cette belle réaction. Tout le monde doit être fier des joueurs ».

Carlos Queiroz

Carlos Queiroz

Arrivé sur le banc en septembre après le match perdu à Libreville face au Gabon (2-1) pour succéder à Hossam El-Badry, le technicen portugais à rempli une première partie de la mission. Avant les barrages, il aura à négocier deux autres événements : la Coupe arabe des nations FIFA qui débutera le 1er décembre au Qatar puis la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations  prévue au Cameroun du 11 janvier au 9 février 2022.

Et le rendez-vous de Doha servira certainement  de solide préparation pour la suite du calendrier. Avec  notamment cette  qualification au Mondial qui hante plus que jamais  l’esprit des fans et des dirigeants égyptiens :  « Nos pensées doivent être tournées vers la Coupe du monde pendant la Coupe arabe, a admis l’ancien sélecionneur de l’Iran,  nous profiterons de l’occasion pour donner leur chance à de nouveaux joueurs. Nous devons aussi, bien sûr, essayer de gagner chaque match de la Coupe d’Afrique des nations, mais il est important de faire comprendre à tout le monde que mon travail et mon objectif sont la Coupe du monde ». Dans l’immédiat, il reste cette réception du Gabon mardi soir à  Alexandrie qu’il ne faudra pas galvauder. Histoire que l’équipe nationale termine invaincue dans son groupe et de permetre au 5000 supporteurs autorisés à suivre le match dans les tribunes du Borg El-Arab stadium  de faire la fête.

@Cheikh Mabele