La sélection de l’Ouganda dont ce sera la cinquième participation à une phase finale de la Coupe d’Afrique des nations n’a pas été vernie par le tirage au sort de la prochaine édition puisqu’elle a été versée dans la groupe A en compagnie notamment du pays hôte, l‘Egypte. Pourtant, cette perspective ne semble pas inquiéter outre mesure le sélectionneur  des Cranes, Sebastien Desabre.

Et ce pour deux raisons. Parce qu’il travaillé en Egypte, où il a dirigé avec un certain succès Ismaïly; mais aussi parce que l’Ouganda a affronté et fait souffrir  les Pharaons lors des  éliminatoires du Mondial 2018:  « Quand on joue contre l’Égypte, les garçons savent qu’il est possible de réaliser une performance, a-t-il confié dans un entretien accordé à la chaine  américaine ESPN .  Nous les avons battus lors de la qualification pour la Coupe du monde [ndlr, victoire 1-0 à Kampala en août 2017], lors du dernier match de la Coupe des nations  où ils n’ont marqué qu’à la 89e minute.C’est très difficile et ils sont favoris, mais ce n’est pas embêtant de jouer contre eux non plus L’Égypte est forte, peut-être un peu moins que les années précédentes, mais elle sera poussée par ses fans. Nous savons à quel point il est important d’avoir des fans derrière soi « .

 Sebastien Desabre avec Ismaily (photo facebook ismaily.SC )

Sebastien Desabre avec Ismaily (photo facebook ismaily.SC )

Le technicien français ne s’estime même pas perturbé par la présence d’un joueur de la dimension de Mohamed Salah :« Nous devons mettre en place une approche unifiée pour tenter au moins de réduire son temps avec le ballon. Le talent reste du talent, mais au lieu d’avoir le ballon, nous devons mettre quelque chose en place pour qu’il en voit moins. L’Égypte a de la chance d’avoir ce genre de joueur, un type que nous n’avons pas, mais nous avons un collectif, et nous allons mettre en place une stratégie de jeu  pour réduire le danger Salah. Notre force réside dans notre solidarité et notre agressivité sur le terrain. Nous avons la capacité de former une équipe très solide, dotée d’une grande cohésion et je sais que durant la CAN  mes joueurs seront à 150% ».

Forfanterie ? Pas vraiment, car le natif de Valence en France  qui connaît très bien le football africain pour avoir oeuvre en Egypte, au Maroc, en Algérie, en Tunisie et en Angola  a su donner une âme et une cohésion aux Cranes depuis qu’il a pris  leur destin en main en les qualifiant haut la main en ayant encaissé que trois buts en sic matches. L’Ouganda a été nommé aux  CAF Awards 2018  parmi les meilleures sélections du continent.

@Cheikh Mabele