Dans un bel entretien qu’il a accordé au quotidien algérois  Liberté, Jean-Michel Cavalli, sélectionneur du Niger deouis le 12 octobre 2020, s’est longuement confié sur la relation très intime qu’il entretient avec l’Algérie et sa sélection qu’il avait dirigée entre 2006  et 2007. Des Fennecs avec lesquels son Mena s’apprête à  croiser  le fer  dans une double manche  (8 et 11 octobre) comptant pour les deux prochaines journées de la hase de groupes des émiminatoires du Mondial 2022.

Un événement que le natif de  compare  à une ascension de l’Himalaya : » Sur deux matches, ce sera compliqué. Mais j’espère qu’on fera honneur aux couleurs qu’on défend. Je pense que ce qui  me perturbera le plus, ce sera les hymnes. Nous savons tous que l’Algérie est une terre sacrée, une terre d’adoption pour moi. Et c’est vrai que ce sera un moment très particulier Mais bon, notre devoir d’homme est de tout faire pour rester dignes et faire honneur! Il faut affronter cet Himalaya,car c’est vraiment l’Himalaya et c’était vraiment sincère quand je disais que si l’Algérie ne se qualifiait pas à la prochaine Coupe du monde,c’est qu’elle aura failli à son destin,failli à son devoir et failli à son histoire ! »

Une sincérité qui honore le technicien corse mais qui met aussi une sacrée pression sur les épaules de ces Verts que tout le monde n’arrive pas à imaginer manquer le rendez-vous de Doha. Pour mémoire, le match aller aura lieu au stade Tchaker de Blida et le retour à Nyamey .

@2022mag.com