Pour la génération algérienne des années soixante, aussi passionnée de football que celle des années 2020, il n’ y jamais eu de doute :  Hacène Lalmas, restera à jamais comme le meilleur joueur algérien de tous les temps. Tout en ayant le plus grand respect pour  les  Lakhder Belloumi, Rabah Madjer (années 80 et 90) voire les Riyad Mahrez ou Sofiane Feghouli qui enchantent le football actuel. Pourtant, s’il a tout gagné sur le plan  national le milieu offensif au crâne dégarni  du CR Belcourt n’a pas eu  un palmarès intenational digne de son talent,  hormis trois titres de champion du Maghreb des clubs. Mais Lalmas n’était pas qu’un footballeur talentueux. C’était une personnalité très respectée  au caractère bien trempé. L’ancien commissaire né le 12 mars 1943  dans la proche banlieue d’Alger à Bir Mourad Raïs  de police ne s’était jamais laissé impressionné  par les puissants.

Photo dzwordl.com

Photo dzwordl.com

Comme le rappelle  le journaliste d‘El Watan, Yazid Ouahib, qui vient de lui consacrer une biographie parue à Alger. Dans un entretien accordé au site www.dzworld.com, l’ auteur raconte cette étonnante anecdote qui en dit beaucoup sur le natif de :  » En décembre 2008, Ahcène Lalmas est en bonne santé et coule des jours paisibles entre sa maison à El Mouradia – à 500 mètres de la présidence de la république -, la ville côtière d’Azzeffoun où il aime se rendre en compagnie de son fidèle carré d’amis, et Blida, la ville des Roses, ou l’accueille chaleureusement son ami Hamid Benyamina. Un jour quelqu’un sonne à sa porte. C’est Abdelaziz Belkhadem, le Ministre d’Etat auprès du Président de la république, représentant personnel du chef de l’Etat. L’hôte dévoile le motif de sa visite : « Le Président Abdelaziz Bouteflika vous invite au dîner qu’il offre à l’occasion de la présence de Zinedine Zidane en Algérie».

La réponse de Lalmas est cinglante : « Si je comprends bien c’est par la grâce de la présence de Zidane au palais présidentiel que le Président m’invite. Je ne viendrai pas. J’aurais souhaité que le Président respecte tous les Algériens et plus particulièrement les sportifs comme il le fait avec Zidane. Rendez lui son invitation et dites lui que Lalmas ne viendra pas. Je viendrais volontiers dîner avec lui lorsqu’il organisera une cérémonie qui le concerne directement (son mariage) » Un autre monde, une autre époque. Le football avant l’arrivée du star système. Hacène Lalmas est décédé le 7 juillet 2018 à l’âge de 75 ans.

@2022mag.com