Nommé à la tête du Hilal Omdurman à l’intersaison, le technicien portugais partage en exclusivité pour 2022mag ses ambitions et ses impressions concernant son groupe, la Ligue des champions. Et espère bien faire déjouer le Ahly du Caire ce week-end…

« Joao Motta, bom dia ! Revenons, s’il vous le voulez bien, sur votre premier match de LDC contre les Mamelodi Sundowns la semaine dernière (0-1). Une défaite cruelle au regard de la rencontre…                                                                                                                                                   Contre les Sundowns (0-1), on a bien démarré le match. On était très compact, courageux dans l’engagement. Les joueurs ont respecté le plan fixé. On a cherché à renverser le jeu dès qu’on le pouvait. Malheureusement, on n’a pas marqué en dépit des opportunités créées. Après, les décisions de l’arbitre ont influencé le résultat… Mais bon, c’est terminé. Nous sommes sur le bon chemin.

Joao Motta

Joao Motta

Vous affrontez le Ahly du Caire vendredi. Quel est votre plan face au champion d’Afrique 2020 et 2021, troisième de la dernière CDM des clubs ?                                                                                             Il nous faudra bien jouer. C’est-à-dire jouer avec plus d’intensité, jouer le contre pressing. Etre plus rapide avec le ballon, plus dynamique. Quand on n’aura pas le ballon, à nous de défendre le plus haut possible, loin de notre surface. On les connaît bien, on les a encore observés en CDM des clubs. Alors on essaiera de les perturber, de les pousser en dehors de leur zone de confiance. L’idée principale, c’est de jouer en mettant plus de vitesse.

Vous allez croiser un triple champion d’Afrique, le coach Pitso Mosimane, un redoutable stratège…                                                                                                                                                   Pitso est un grand coach ! C’est un entraîneur que je respecte infiniment, c’est un plaisir de l’affronter. Mais je ne changerai pas mon style face à lui, un style résolument offensif. Je jouerai pour la possession, on ira de l’avant, en faisant tout pour gagner le ballon. De toute façon, je ne vois pas le football de façon défensive ! On jouera comme on l’aime.

Quelle est votre ambition cette saison ?                                                                                                       De l’ambition, j’en ai ! Après, même si l’on franchit ce cap des poules, ce sera difficile d’aller au bout. Comme je l’ai déjà exposé, on vient de débuter un nouveau projet avec le Hilal et l’on sait que cela prend du temps. Il faut d’abord continuer à avancer. Je ne sais pas de quoi le futur sera fait, mais je veux gagner le championnat national et réaliser un bon parcours en LDC d’Afrique. Tout ça en pratiquant un bon football avec une équipe compétitive.

273144959_4817034585080457_1128172923941471441_n

Etes-vous satisfait de ce point de vue-là ?                                                                                          Absolument, je suis satisfait du groupe jusqu’à présent. L’idée, c’est toujours d’amener les joueurs à comprendre notre façon de voir le jeu afin de les connecter avec ma philosophie. Mais pour cela, il faut que j’ai l’idée la plus précise possible du potentiel de chacun. L’intelligence et la technique sont les ingrédients les plus importants.

Quelle est la différence entre la saison passée, où vous étiez adjoint, et celle qui vient de commencer ?                                                                                                                                                    La différence entre la saison passée et celle-ci, c’est sur le plan de la mentalité… du coach. La saison dernière, l’entraîneur (Ricardo Formosinho, dont Joao Motta était l’adjoint, NDLR) voyait les choses d’une certaine façon. J’ai ma propre vision des choses. Pour lui, l’important était de gagner, quelle qu’en soit la manière. Bien sûr, je recherche la victoire, mais la manière compte ! Je ne dis pas que ma façon de faire et de penser est la meilleure, à chacun sa philosophie. Je respecte bien évidemment la vision de mon prédécesseur.

Contrairement à El-Merreikh, votre plus grand rival national et adversaire en phase de poule, vous allez pouvoir jouer dans votre propre stade…                                                                                          Effectivement, on va jouer à Omdurman, dans notre propre stade, puisque la CAF l’a validé. Je sais que Merreikh jouera ses matches à la maison en Egypte, qui plus est au stade du Ahly qui est un adversaire direct. Cela ne me concerne pas, je me concentre d’abord sur mon club et mes joueurs ».

Propos recueillis par @Frank Simon