Auteur d’un but à l’heure de jeu qui aurait pu donner un beau succès à Courtrai face à Charleroi (1-1), Idriss Saadi  (24 ans) avait tout pour passer une belle soirée et rentrer au bercail avec le sentiment du devoir bien accompli. Mais un fait qui n’a rien à voir avec le match et le football en général a plus que gâché son plaisir. L’attaquant algérien a eu une sévère altercation avec un spectateur qui l’avait traité de « sale arabe » et de « sale terroriste ». Le sang du natif de Valence en France n’a fait qu’un tour. Hors de lui, il a tenté de rejoindre la tribune pour s’expliquer avec l’homme qui l’a insulté. Il a fallu l’intervention de l’entourage de son club y compris de celle de l’administrateur généra pour l’apaiser: « Je lui ai dit qu’il devait être au-dessus de tout ça », a confié Mehdi Bayat. Inconsolable, Le joueur a posté un tweet rageur  dans la soirée:  Au delà du résultat je suis NRV (ndlr, énervé ) choqué par les propos entendus ds ce stade à mon encontre « sale arabe ; sale terroriste  » c’est très grave ! ». Dans une autre déclaration faite au micro de la RTBF, il a précisé sa pensée : « On a le droit de supporter son équipe mais il y a des mots qu’on ne doit pas dire et des cris de singe qu’on ne doit pas faire dans un stade. On me dit ‘sale arabe’ et ‘sale terroriste’… Je trouve ça honteux. C’est très grave, c’est inadmissible ! On est là pour faire la fête, même s’il y a de l’enjeu et de la frustration » Fait  marginal ? Pas vraiment, c’est plutôt le reflet de la montée des extrêmes et d’une ambiance délétère qui règne en Europe depuis deux ou trois ans.

@2022mag.com