Vainqueur en 2020, le club marocain a dû en passer par la prolongation puis les tirs au but pour décrocher le trophée et succéder au Raja…

Ce n’est sans doute pas le match le mieux maîtrisé ni même celui avec le plus d’occasions concrètes de cette campagne africaine pour la Renaissance de Berkane. Mais, ainsi que le dit l’adage, une finale ne se joue pas, elle se gagne. Alors, à défaut de développer ce jeu qu’on lui connaît, le club marocain s’est appuyé sur son expérience collective pour aller chercher une deuxième victoire en trois ans dans cette Coupe de la Confédération. Un succès obtenu après 120 minutes (1-1) et à l’issue des tirs au but (5-4) aux dépens des Orlando Pirates qui, au lendemain de ce match, peuvent s’estimer frustrés.

Dès la 4e, le Namibien Deon Hotto, bien lancé par Motshwari, se présentait devant Hamiani Akbi mais ce dernier remportait ce premier duel. Le ton était donné, dans un stade d’Uyo (NGA) où le public vibrait plus pour les Pirates, en raison de la présence du défenseur nigérian Olisa Ndah, passé entre 2019 et 2021 dans le club local, Akwa United.

Une victoire à l'arrachée du RSB mais un succès mérité sur l'ensemble du parcours ( photo page Facebook RSB)

Une victoire à l’arrachée du RSB mais un succès mérité sur l’ensemble du parcours ( photo page Facebook RSB)

Berkane, apathique et manquant de rythme, avait du mal à construire ses attaques. A l’évidence, la « remontada » contre le TP Mazembe (0-1, 4-1) cinq jours plus tôt avait laissé des traces sur le plan physique et les joueurs semblaient naturellement loin de leur meilleure forme.

Après la demi-heure de jeu, les Sud-africains se procuraient une nouvelle occasion par l’intermédiaire du piston droit Bandile Shandu, dont la frappe tendue à ras de terre était difficilement repoussée par Hamiani Akbi. Dayo, tout proche de l’action, dégageait ce ballon avant qu’un adversaire puisse le reprendre (34e). A la pause, les deux équipes étaient encore à égalité mais c’était bien les Pirates qui laissaient la plus belle impression.

A l’heure de jeu, c’est Lorch qui obligeait le gardien des Orange à une nouvelle intervention. Berkane ne réagissait toujours pas et était même tout proche de marquer contre son camp à la 88e, sur un centre de Deon Hotto coupé au premier poteau par le capitaine Larbi Naji.

Il fallait donc en passer par la prolongation de deux fois quinze minutes. Berkane, si peu empressé à marquer, obtenait un corner côté droit. Le ballon, destiné à Mokadem au premier poteau, voyait Monare faucher le Marocain au moment où il s’apprêtait à le jouer. Après intervention de la VAR, l’arbitre zambien Janny Sikazwe vérifiait l’action à son tour et accordait un penalty on ne peut plus logique à la RSB. Qui d’autre qu’El-Fahli pour le frapper ? Comme en demie, l’attaquant berkani se chargeait d’exécuter la sentence. Il prenait à contrepied Richard Ofori (1-0, 97e).

Les Pirates, qui avaient dominé une grande partie de la rencontre, étaient sonnés. Mandla Ncikazi, leur entraîneur, faisait entrer en jeu tout ce qu’il lui restait de joueurs offensifs sur le banc, comme Mntambo, Makaringe ou encore Dzvukamanja. A mesure que l’on approchait des derniers instants, la pression sud-africaine se faisait plus forte mais Berkane défendait sobrement. Jusqu’à cette fatidique 116eminute qui voyait Thembinkosi Lorch s’immiscer dans la surface, où trainaient plusieurs de ses coéquipiers dont le capitaine Happy Jele. Alors qu’il cherchait à transmettre justement à ce dernier, sa passe molle se transformait en un tir que personne, ne détournait ni ne touchait ! Hamiani Akbi, totalement surpris, voyait le ballon entrer au ralenti à ras de terre dans le petit filet droit (1-1, 116e). Joie chez les Pirates, et crise de nerfs pour des Berkani victimes d’un relâchement coupable.

Orlando Pirates - RSB : les Sud-africains ontmanqué d'efficacité ( photo page Facebook Orlando Pirates )

Orlando Pirates – RSB : les Sud-africains ontmanqué d’efficacité ( photo page Facebook Orlando Pirates )

Survient alors la séance des tirs au but. Les cinq frappeurs de la RSB transforment avec sang-froid : El-Moussaoui, Zghoudi, Mokadem, Dayo et El-Bahraoui. Côté sud-africain, le buteur Lorch voit sa tentative superbement repoussée par Hamiani Akbi, alors que Jele, Mabasa, Monare et le gardien Ofori ont réussi la leur. Victoire 5-4, au bout d’une longue soirée, pour la RS Berkane dont l’expérience aura prévalu, à défaut de sa supposée supériorité dans le jeu… Son deuxième succès en trois finales. C’est aussi la première victoire pour le coach Florent Ibenge en compétitions interclubs après deux échecs en LDC et en CDC avec le V. Club de Kinshasa.

Berkane alignait : Hamiani Akbi – Baadi, Mokadem, Dayo, El-Moussaoui – Naji, Oubilla (Regragui), El-Helali (Camara) – El-Fahli (Zghoudi), El-Bahri (El-Bahraoui), Lukombe (Kisinda). Entr: Ibenge. 

@Frank Simon