Le coach brésilien Mano Menezes n’a tenu que cinq mois sur le banc  d’Al-Nassr. Les dirigeants du  chamion d’Arabie saoudite 2019  ne croyaient sans doute plus le manager en mesure de faire  suivre  à son équipe le rythme imposé  notamment par Al-Hilal Riyad  en tête de la Saudi Pro League.  Etait galement décriée la qualité de jeu proposé malgré un recrutement haut de gamme avec les signatures, entre autres, du milieu de terrain brésilien Anderson Talisca et de l’attaquant  camerounas Vincent Aboubakar. Le natif de Passo do Sobrado dans le Rio Grande do Sul n’a pas survécu à la défaite subie  à  domicile  face à Al-Ittihad Jeddah (1-3) qui laissait son équipe à six points du Hilal après quatre matches disputés. À l’inverse, ses dirigeants n’ont à l’évidence pas mis à son crédit la  récente qualification en quart de finale de la Ligue des champions. Quelques noms sont murmurés pour prendre la suite du partant. Ils sont tous connus dans l’environnement du football saoudien. En l’occurence  le Roumain Cosmin Olaroiu et le Portugais Jose Morais .

@2022mag.com