L’affaire du forfait du Zamalek dans le Classico qui devait l’opposer lundi soir à  Al Ahly n‘a pas fini de faire de couleur de l’encre et de la salive. Le Zamalek a d’ores et déjà perdu trois points  et risque un retrait de six autres points en fin de saison. S’il la termine, puisque les Chevaliers Blancs avaient annoncé qu’il boycotteraient la suite de la compétition pour protester contres les sanctions qui les ont frappées après la Super Coupe d’Egypte.

Pourtant, leur insondable président, Mortada Mansour, avait tout de même décidé d’envoyer  son équipe rejoindre le stade  à deux heures du match et affirmé que le bus du club avait été retardé dans les embouteillages. Ce qu’il a rappelé mercredi soir en conférence de presse : « Le bus de l’équipe est arrivé en retard au stade du Caire en raison des embouteillages causés par la pluie Et la preuve en est que le bus Al Ahly a également été retardé  par rapport à l’heure du coup d’envoi du match. Hier (mardi) en raison des pluies, la Football Association a décidé de reporter trois matches en deuxième division, alors pourquoi  notre match n’a-t-il  pas été reporté? ».

Et alors que ses  adversaires alimentent le débat en affirmant que le Zamalek avait peur  de l’issue du match face à son éternel rival, Mortada Mansour  s’étrangle :  « Comment craignons-nous d’affronter  Al Ahly alors que notre  équipe vient de remporter deux trophée en une semaine dont l’un justement  contre  Al Ahly en Super Coupe d’Egypte ! »  Osant tout, le bouillant boss du Zamalek annonce qu’il va demander des comptes à l’institution faîtière du football national : « Nous allons déposer un recours  contre toutes ces sanctions, qu’elles soient liées au match de la Super Coupe d’Egypte  ou au match de Premier League pour protéger les droits de Zamalek. » Affaire à suivre.

@2022mag.com