Quand tout va bien pour l’équipe dont il porte les couleurs, Wahbi Khazri n’est pas du genre à tirer la couverture à lui . Il fonctionnait ainsi au Stade de Rennes avec lequel il fait un superbe saison, il en est de même aujourd’hui alors qu’il roule pour les Verts de Saint-Etienne. Après son superbe doublé  vendredi soir face à Monaco (2-0), il a loué l’esprit collectif des protégés de Jean-Louis Gasset .

Il refuse donc qu’on lui colle le titre de boss : « Patron ? Non, pas du tout. Dans cette équipe, il y a des joueurs qui font énormément de boulot et qu’on ne voit pas trop, a confié l’Aigle de Carthage dans les colonnes du quotidien Le Progrès,  moi, compte tenu de mon poste, je suis plus en lumière que d’autres. Sans la belle passe d’Ole (Selnaes) et celle de Yann (M’Vila), je ne marque pas vendredi. Avec beaucoup de sincérité et d’humilité, je me fonds dans ce collectif. Devant, on essaie de conclure les offrandes que l’on a. Je sais qu’Ole est capable de mettre des ballons de cette qualité-là. Je fais le bon appel au bon moment même si on n’est jamais à l’abri d’être hors-jeu de quelques centimètres. Je contrôle pour être sur mon pied droit et j’essaie d’assurer le coup en cadrant. Cela m’a réussi ».

Tout baigne donc pour le natif d’Ajaccio qui exprime son bien être et est ravi d’évoluer dans un stade Geoffroy Guichard toujours bien garni et  en fusion à chaque match  »  C’est un public extraordinaire qui fait partie des deux meilleurs en France. Quand on joue devant de tels supporters, on se doit de se sublimer et de leur faire plaisir. Il faut qu’on continue de les rendre heureux parce qu’ils le méritent ».  Que ce soit à Bastia, à Rennes ou au stade olympique de Radès avec la Tunisie,  Khazri a toujours aimé les arènes chaudes. Celles qui vous poussent à vous dépasser. A Saint-Etienne, il est vraiment servi.

@Cheikh Mabele