Le défenseur latéral Ahmed Elmohamady n’est pas un ingrat; Désigné capitaine des Pharaons par le nouveau sélectionneur Javier Aguirre, il a clairement adoubé  les choix du technicien mexicain.

Au soir de la victoire écrasante (6-0)  des vice-champions d’Afrique 2017 face à un Niger dépassé, le joueur d’Aston Villa, un brin euphorique, est monté au créneau pour défendre les nouvelles méthodes en vigueur: « Nous jouions chez nous et avec nos fans derrière nous  et  nous méritions la victoire et le résultat, a-t-il confié  à la chaîne ON Sport TV, nous aurions pu marquer 15 ou 16 buts dans la première moitié du match. L’équipe s’est bien débrouillée quand il s’agissait de défendre et d’attaquer. Et même si en seconde période, nous n’avons pas été  aussi bons, nous avons tout de même marqué trois buts. C’est un excellent résultat pour les débuts  d’Aguirre en Égypte. Lequel  a fait  le choix de l’offensive contrairement à Hector Cuper« .

 Concernant la question du  brassard de capitaine dont il a hérité après la retraite de Essam El Hadary, le natif d’Al Mahalla Al Koubra, à confié les détails de cette passation de pouvoir :  » En équipe nationale, le  brassard  revient  traditionnellement  aux joueurs les plus anciens et  cette tradition ne pose de problème à aucun joueur. Le coach a réglé cela dès  le premier jour du stage. Et si lors d »un prochain. rendez-vous oil décide de confier le capitanat à Mohamed Elneny, Mohamed Salah ou Ahmed Hegazy (les vice-capitaines désignés, ndlr)  personne n’aurait rien à redire à ça ». En somme le capitaine et le sélectionneur  des Pharaons ont bien commencé le nouveau règne.

@2022mag.com