Un coach qui mène son équipe en finale d’une coupe continentale et qui tire sa révérence voilà ce qui arrive à Nasser Sandjak le patron technique du MO Béjaia.  Pour le remplacer on évoque l’ancien entraîneur du Nasr Hussein Dey, Youcef Bouzidi. Ce remplacement semblait inévitable notamment après la déroute cette semaine des Crabes, dirigés par l’intérimaire Lakhdar Adjali,  face à l’Olympique Médéa (0-4). Il faut dire que Nasser Sandjak avait déjà tire la sonnette d’alarme en exprimant sa lassitude devant les problèmes en tous genre que vit le grand club kabyle

L’histoire d’amour entre l’entraîneur Nasser Sandjak et le MO Béjaia a donc pris  fin en queue de poisson. Après avoir mené les Crabes en finale de la Coupe de le Confédération, la première de l’histoire du club, l’ancien coach de Noisy-le-Sec a fini par rendre son tablier en raison des multiples problèmes qui rongent le club kabyle : «Franchement, on souffert durant ces derniers mois. On est seuls contre tous. En tous les cas, les conditions actuelles ne m’encouragent plus à continuer mon travail au MO Béjaia, a-t-il reconnu il y a quelques jours au micro de la chaine de télévision nationale, on a vécu des moments difficiles et malgré cela on a pu relever le défi avec les jeunes qui ont parcouru l’Afrique avec des moyens limités.Je l’ai déjà dit le premier jour de mon arrivée à Béjaia. Je vous ai bien dit que je suis venu avec un grand projet sportif qui consiste à former des joueurs de la région et les placer dans l’équipe première dans un avenir très proche. Finalement et comme tous les clubs en Algérie, on ne pense qu’au résultat immédiat et cela ne me permet pas de faire ce que j’ai envie de construire ici». Dans le même entretien, le Francilien avait dévoilé  qu’il n’a pas été payé depuis cinq mois et que cette incertitude financière a certainement pesé dans sa décision de tirer sa révérence.

@Cheikh Mabele