Dans le cadre de la nouvelle compétition de la Ligue des nations initiée par l’UEFA, les champions du monde français ont repris le chemin des pelouses en allant faire match nul en Allemagne (0-0).

Si on a beaucoup mis en avant les héros du rectangle vert, un homme est resté un peu en retrait de cette effervescence médiatique : Didier Deschamps. Pour apprendre à mieux connaitre celui qui a mené les tricolores sur le toit du monde,  les éditions Solar ont publié « Dans la tête de Didier Deschamps, tous ses secrets d’entraineur ». Un ouvrage commis par le journaliste Jean Philippe Bouchard, un peu trop laudateur par moment, qui décrit par le menu la méthodologie du Basque pour obtenir, depuis tant d’années, de probants résultats .

Didier Deschamps

Didier Deschamps

On découvre ainsi que le Français était programmé pour occuper le banc de touche. L’ancien milieu défensif était souvent sur le terrain le relais de ses coaches. Un leader moral, contrairement à celui technique de Zinedine Zidane, qui a fait dire à Marcelo Lippi « que c’était le seul joueur que j’ai croisé dans ma carrière qui était déjà entraineur sur le terrain ».Cette fibre managériale a toujours habité un DD pour qui« seule la victoire est belle ». Souvent décrié pour sa conception frileuse du jeu, l’ex-numéro 14 de la Juventus prône avant tout la culture tout italienne du résultat. Une philosophie, selon l’auteur du livre, qui est mieux acceptée à l’étranger que dans l’Hexagone où l’amour du beau football reste majoritaire.Tout au long des 184 pages de l’opus, on saura que le sélectionneur des Bleus convoque toujours un joueur parce qu’il est régulier et efficace.

Et que s’il est performant sportivement, cela ne doit toutefois jamais se faire au détriment du collectif.Car le natif de Bayonne veille en permanence à l’équilibre de l’équipe de France qu’il place au dessus de tout.Le cas de Karim Benzema, longuement évoqué au fil du récit, vient rappeler que le trophée décroché en juillet dernier en Russie a donné raison au plus beau palmarès du football français. 

@Nasser Mabrouk