Après l’élimination précoce des Pharaons de  la phase finale de la CAN 2019 et le limogeage  du sélectionneur Javier Aguirre, Hossam Hassan était l’un des pressentis pour succéder au Mexicain, hélas pour lui, le gros lot est revenu à un autre Hossam,  El-Badry en l’occurence.  Quelques mois plus tard, l’actuel coach du Smouha SC  persiste à dire qu’il ne comprend pas pourquoi il a été recalé : « J’ai accompli beaucoup de choses avec les équipes que j’ai dirigé comme le Zamalek ou  Al Masry et l’équipe nationale jordanienne », a-t-il confié  au micro de la chaîne ON Time Sports. avec Al-Masry, nous avons atteint la finale de la Coupe d’Egypte, la Super Coupe et la demi-finale de la Coupe de la Confédération CAF.

Puis de s’interroger :  » Alors, est-ce qu’il y a des gens qui ne veulent pas que je sois sur le banc de l’équipe nationale ou est-ce que je ne mérite pas  de diriger  les Pharaons ? ». L’autre  autre projet qui lui tient à coeur s’appelle  Al Ahly. : «Je souhaite entraîner Al Ahly un jour. Pourquoi ne puis-je pas le gérer? J’ai déjà accompli beaucoup de choses avec des clubs qui n’ont pas les mêmes ressources  que les Red Devils ou les Chevaliers blancs » Toutefois, le natif du Caire tient à préciser qu’il ne fera pas du lobbying pour réaliser ce projet. En clair, l’homme aux 176 sélections et 69 buts  préfèrerait q’on vienne toquer à sa porte.

@2022mag.com