Deux exploits de Tim Cahill, l’ancien attaquant d’Everton, ont expédié les Socceroos en demi-finale du tournoi organisé par leur pays. Après une première mi-temps intense et équilibrée en terme d’occasions, l’Australie prenait l’avantage en tout début de seconde période.

La délivrance est venue du vétéran Tim Cahill, 35 ans, qui évolue au NY Red Bulls après une carrière en Angleterre. Subtilement, Cahill reprenait un ballon mal dégagé de la tête, consécutif à un corner, et ouvrait la marque d’un ciseau acrobatique exécuté à bout portant sur le côté (1-0, 48e).

Les Chinois, demeurés sans réaction, abandonnaient alors le contrôle du match à une sélection déchaînée. Cahill encore lui, ou encore l’autre vétéran Mark Bresciano étaient tout proches de réussir le but du chaos à l’heure de jeu.

Mais c’était encore ce diable de Cahill qui venait réussir le break de la tête, sa spécialité, sur un centre de la gauche qu’il smashait dans le petit filet du gardien chinois (65e, 2-0). La folie s’emparait alors du stade.

Dans les minutes qui suivaient, la Chine tentait enfin de recoller au score et se créait plusieurs situations nettes, mais sans pouvoir finaliser. L’Australie, fatiguée mais solide, laissait passer l’orage. Les hommes du Français Alain Perrin, pour avoir réagi trop tardivement et manqué de combativité en seconde période, ne pouvaient nourrir de regrets.

A la 83e, Milligan ratait le troisième but, tant attendu par le public, après un face à face perdu avec le gardien chinois.

Comme en 2011 au Qatar, l’Australie figure donc ce soir dans le dernier carré. Elle avait poussé jusqu’en finale à l’époque, battue de justesse par le Japon. Chez elle, elle espère bien réécrire l’histoire et s’offrir son premier titre continental, neuf ans après avoir rejoint l’AFC.

 

@Samir Farasha