Ce mardi 16 janvier, Hervé Renard l’attend avec impatience depuis  des mois. Depuis qu’il a pris en charge le destin des Lions de l’Atlas en février 2016. Pour lui, ce jour marquera pour la troisième fois  son entrée  en Coupe d’Afrique des nations à la tête d’une sélection africaine, le Maroc venant à la suite de la Zambie (2012) et la Côte d’Ivoire (2015). Le Maroc est sans doute le pays qui lui offre les meilleures conditions de travail, pourtant, question ambition, le technicien français n’ose pas encore dire s’il rêve d’un troisième titre:  » Au Maroc, il y atout pour réussir quelque chose de grandiose, a-t-il confié ce lundi dans les colonnes du quotidien L »Équipe, mais il y a un esprit négatif chez certains. On n’a pas réussi, non plus, à inverser cette tendance, ces mauvais résultats depuis 2004. On doit faire son autocritique. Le Maroc est une nation  qui court après son passé ». Puis d’ajouter qu’il est prêt à faire sans les nombreux blessés:  » Si je suis venu au Maroc, ce n’est pas pour être éliminé au premier tour. Passons en quarts, et on verra après pour la suite. J’aime la compétition. J’ai vraiment hâte que ça démarre ». Les millions de fans des Lions de l’Atlas ont également hâte de voir ce dont sera capable une sélection drivée par l’homme qui a remporté deux Coupes d’Afrique des nations  en trois ans avec deux pays différents.  En cas d’échec,  d’Hervé Renard, ils ne retiendront que  le oui mais…

@Cheikh Mabele