Il est devenu difficile d’assurer une stabilité au sein du staff technique de l’équipe nationale des Emirats arabes unis. Depuis l’échec indiscutable de la phase finale de la Coupe d’Asie des nations 2019 disputée à domicile  – seulement quatrième et giflée par le voisin honni, le Qatar (0-4) – la sélection émiratie navigue à vue et a déjà consommé deux entraîneurs. Le troisième, Jorge Luis Pinto, nommé cet été, vient d’être débarqué par ses dirigeants. Officiellement, une rupture à l’amiable. D’abord, selon les dires du Colombien : » Il était difficile de mener à bien ma mission avec l’équipe nationale en raison de plusieurs circonstances, dont une différence de points de vue. J’avais de grands rêves d’atteindre la Coupe du monde avec les Émirats, et j’espère que cela se produira avec un autre entraîneur ».

Et même son de cloche coté  fédération représentée par Youssef Hussein , le directeur des équipes nationales :  » Après de longues réunions avec l’entraîneur Pinto, nous avons convenu qu’il était difficile de poursuivre notre relation (jusqu’en 2022) et nous avons décidé de mettre fin au contrat ». Recruté pour relancer une équipe mal engagée ( 4ème du groupe G à cinq points du leader, le Vietnam ) dans les éliminatoires combinées Mondial-2022-Coupe d’Asie des nations 2023, le Sud-Américain n’a pas su profiter des matches amicaux pour donner des signes de confiance puisqu’il a perdu deux matches face à l’Ouzbékistan (1-2) et Bahrein (1-3)  et gagné petitement face au modeste Tadjikistan (3-2).

@2022mag.