En affrontant la Guinée, l’Algérie était avertie qu’elle ne serait pas  spécialement favorite du huitième de finale  en dépit d’un premier tour parfait concrétisé par trois succès  en en trois matches. Et pour cause, le sort réservé  aux présumées favoris, Egypte, Maroc, n’a pas échappé à personne et surtout pas aux coéquipiers de  Riyad Mahrez.

Le match a démarré avec une grande intensité et de belles intentions des deux côtés. Sur l’ensemble des premières 20 minutes, l’Algérie s’est montrée plus active et plus menaçante.  Après deux balles arrêtées mal négociées, les  Fennecs multiplièrent les offensives. D’abord une frappe de Bounedjah dans un angle fermé (10′), puis encore  une opportunité pour le joueur d’Al Sadd sur une belle passe de Guedioura (15′) et un ciseau osé de Ramy Bensebaini  (20′) que le gardien Ibrahima Koné a repoussé inextremis.  Orage  annonciateur de la foudre qui  s’abattit  sur la défense du Sily. En effet, sur un contre parti d’une touche,  Youcef Belaïli s’est appuyé  sur Bounedjah  dans la surface. La  délicieuse talonnade du natif d’Oran  permet  au maestro de l’ES Tunis de  transpercer le rideau guinéen  avant d’ouvrir son pied droit pour trouver le petit filet de l’infortuné  Koné. Un bijou de but.

sww4yttwoohluos4nqd5

L’ ouverture du score algérienne et méritée sur l’ensemble  de la première  demie heure. Les contre des Fennecs, menés à  deux voire à trois, sont tellement dangereux qu’ils  contraignent souvent la défense guinéenne à jouer dans l’inconfortable position  du reculoir.  A la mi-temps, la performance des Verts  est apparue  dans la lignée de ce qu’ils  produisent depuis le début de la CAN: solidité défensive, dangerosité offensive, solidarité indéfectible. Avec des attaquants tels Mahrez, Bounedjah, Belaïli,  capables d’aller chercher le ballon jusque dans la surface de réparation de leur propre équipe.

La seconde période  reprend sur le même rythme  et le même état d’esprit côté algérien. Et les  Fennecs ne sont pas loin de doubler la mise grâce à l’intenable et inusable Bounedjah (48′) qui  part dans le dos de la défense et tombe  dans la surface sous la pression de  Dyrestam. Mais l’arbitre ne bronche pas  et ne siffle ni une faute ni ne donne un carton rouge  ou rouge orangé au défenseur guinéen.

Un peu dans la tourmente, la Guinée arrive tout de même à s’offrir  une premi!re occasion nette  sur un tir puissant  de Mady Yattara (55′) que M(‘Bolhi accompagne au dessus de la barre. Et comme cela arrive souvent dans un match, la punition arrive après un ratage. En effet, à  la réception d’un super  centre de Bennacer depuis le côté gauche, Riyad Mahrez réalise un modèle de contrôle orienté pour se défaire de son vis-à-vis  Sylla avant d’ouvrir légèrement son pied gauche  pour mystifier Ibrahim Koné (57′) . À 2 à 0, les données ne sont plus les mêmes. La Guinée  a bien essayé de revenir dans le match avec une plus grande possession de balle (57%40% entre la 60e et la 70e) mais toujours  sans l’efficacité indispensable .

Riyad Mahrez, un but et un grand match (photo cafonline.com )

Riyad Mahrez, un but et un grand match (photo cafonline.com )

C’est bien au contraire l’Algérie qui va tuer le suspens  sur une énième offensive éclair. Notamment   à partir des ailes. Parfaitement  lancé sur le côté droit, Youcef Atal, jusque-là cantonné à une grande discipline défensive, récupère une balle  de la  tête avant de proposer  un  centre à ras de terre qu’Adam Ounas, qui venait de rentrer sur le terrain cinq minutes plus tôt, parvient à  couper d’un tacle du gauche au niveau du point de penalty (82′). Un troisième but en 66 minutes de jeu réparties en deux matches pour l’attaquant du Napoli.  L’ancien des Girondins de Bordeaux est  vrai joker de luxe pour l’Algérie.  Grâce à ce succès indiscutable les  Fennecs s’offrent une place dans le top 8 en attendant mieux. leur bilan chiffré est parfait:  4 matches, 4 succès, 9 buts inscrits, zéro encaissé. Ils affronteront en quart de finale, jeudi 12 juillet , le vainqueur du derby de l’Afrique de l’Ouest qui opposera le Mali à la Côte d’Ivoire.

@Cheikh Mabele 

 

La feuille de match

Le Caire :  Stade du 30 juin

Les équipes 

Algérie : Raïs M’Bolhi, D. Benlamri, Aïssa Mandi, Ramy Bensebaini, Youcef. Atal, Sofiane  Feghouli, Adlène Guédioura  (Hicham  Boudaoui, 81′),  Ryad Mahrez,  Ismaël. Bennacer,  Youssef  Belaïli  (Adam Ounas, 75′),  Baghdad Bounedjah (Andy Delort, 84′). Entraîneur : Djamel Belmadi

Guinée : Ibrahim Kone,  M. Dyrestam, E. Seka,  S. Falette,  Issiaga Sylla,  IbrahimaCissé (Alassane Bangoura, 67′)  A. Diawara,  M. Camara,  Ibrahim Traoré, Mohamed  Yattara (François Kamano, 78′)  José. Kanté (Fodé Koïta, 55′). Entraîneur :  Paul Put