Mohamed Salah a traversé le Mondial 2018 comme un fantôme. Et sa blessure n’en était pas la seule raison.Les médias égyptiens avaient déjà rapporté que l’ambiance n’était pas au top  au sein de la délégation. Et particulièrement en raison du choix de Grozny, la capitale tchétchène, comme base pour les Pharaons  puis  du dîner officiel qui s’en st suivi organisé par son président, Ramzan Kadyrov, et qui avait fait un buzz forcément négatif sur les  réseaux sociaux en raison de la personnalité controversé de l’homme politique.

Dix jours après le retour au pays, l’attaquant de Liverpool s’est rebiffé en postant un Tweet significatif appelant clairement à une enquête sur ce sujet sensible: « Certains pourraient penser que c’est fini mais ce n’est pas fini. Il doit y avoir un changement ». Selon l’agence de presse AP qui tient ses informations de proches du joueur, le message de ce dernier viserait la Fédération égyptienne et son président Hani Abu Rida.

Mohamed Salah était semble-t-il contre cette exposition, conscient qu’elle allait mettre à mal son image jusque-là très positive, mais ses dirigeants lui auraient laissé entendre que son absence au banquer risquerait de causer un incident diplomatique entre l’Egypte et la Russie. Mais un Tweet ne suffira pas, il faudra que le meilleur joueur de la Premier League 2018 donne plus de détails sur une affaire qui va peut-être provoquer de gros dégâts au sein de l’instance faîtière du football égyptien voire au-delà. A suivre.

@2022mag.com