Titulaire indiscutable dans le onze de départ de Marcelo Bielsa, Yassine Benzia  semble renaître après une saison 2016/17 en demi-teinte (3 buts en 25 matches). Electron libre au sein del’attaque des Dogues, le Fennec s’est vu confier, par le technicien argentin, les clés de l’animation offensive lilloise. Entretien avec un homme nouveau.

Lors de votre première à domicile pour l’ouverture du championnat, vous réalisez un match plein avec trois buts à l’actif de Lille. Est ce type de résultat que Marcelo Bielsa souhaite voir sur le rectangle vert?

Yassine Benzia : Oui. Il demande de récupérer la balle haut sur le terrain et rapidement. Cela nécessite beaucoup d’intensité, d’énergie et d’enthousiasme.Même en fin de match, il veut qu’on continue de presser.On l’a bien fait. On est contents.

Personnellement, vous évoluez en tant qu’électron libre dans l’animation offensive. Comment vous sentez vous dans ce rôle?

L’entraineur m’a confié les clés de l’équipe. Je me sens bien avec ce statut. J’essaie d’avoir des automatismes avec les autres joueurs tout en rendant cette confiance au coach. Pour une première, c’est très intéressant.

Pensez vous avoir déjà progressé avec « El Loco »?

Bien sûr. Dans le domaine athlétique. L’an passé, j’avais du mal à finir les rencontres. Cette année, je fais des matches pleins. Je progresse aussi dans l’idée de vouloir toujours gagner, dans le pressing. Je suis heureux de travailler avec un tel entraineur.

Quelles sont les différences entre vos anciens coaches et lui?

Il est dans la recherche du détail. Il analyse toutes les vidéos et nos entrainements. Il voit les erreurs que l’on fait. Il nous fait faire des exercices en fonction de celles-ci. On répète aussi les enchainements pour pouvoir les reproduire sur le terrain.

Le nouveau sélectionneur algérien, Lucas Alcaraz a fait une tournée européenne pour discuter avec les internationaux. L’avez vous rencontré?

Je l’ai vu. Depuis, je n’ai pas eu de nouvelles.

Comment s’est passé cet échange?

Il a exposé ce qu’il voulait faire pour les échéances à venir. Il a une certaine idée du jeu. Cela a été intéressant d’avoir ce premier contact.

Avez vous été déçu de ne pas avoir été appelé pour son premier rassemblement?

Oui. Il n’y a aucun souci car cela fait partie du football.Si j’ai choisi l’Algérie, c’est pour en être et y jouer.Je continue de travailler avec mon club.

Avec vos belles prestations lilloises, êtes vous plus confiant pour regoûter à la sélection?

Je suis toujours confiant. Je n’en fais pas pour autant une obsession. Mon premier rôle est de performer avec Lille. Si tout se passe bien, cela viendra petit à petit.

@ Nasser Mabrouk