Le sélectionneur de la Tunisie, Nabil Maaloul, avait répété  à l’envi qu’il ne penserait à un éventuel renforcement  du groupe qu’a l’issue de la phase des éliminatoires du Mondial 2018. Il avait été clair lorsque les journalistes locaux l’avaient questionné sur l’éventualité de l’arrivée du Sévillan Wissem Ben Yedder. Maintenant que le billet pour Moscou est validé, l’ancien entraîneur de l’ES Tunis a deux noms en tête:   Moez Hassan, le gardien de but de Châteauroux,  et surtout, Rani Khedira  le milieu défensif d’Augsbourg, frère de Sami Khedira.

 Le germano-tunisien Rani Khedira n’a pas encore, loin s’en faut, la réputation de son aîné, titulaire en équipe d’Allemagne et  qui évolue à la Juventus Turin après avoir été le taulier du milieu de terrain du Real Madrid. Mais le jeune milieu défensif espère se faire un prénom. Déjà en Bundesliga. Pour se donner plus de chance de réussite,  le joueur formé au VfB Stuttgart, a résolu de quitter cet été le RB Leipzig, étonnant dauphin du Bayern Munich, pour parapher un contrat de quatre ans avec Augsburg Arena.  Reculer pour mieux  sauter en quelque sorte.

Un choix qui s’explique certainement par une envie d’avoir plus de temps de jeu dans une équipe aux ambitions moyennes et dans un environnement plus convivial. A Leipzig, Rani n’avait disputé que 10 matches en 2016-2017. Et à 23 ans, il a dû comprendre que le plus important est de jouer au maximum afin de conforter son expérience. Pour rappel, le natif de Stuttgart a porté les couleurs de la Mannshaft dans toutes les sélections de jeunes (U 15, U16,U17 et U19) mais n’a pas évolué avec les Espoirs.

@Cheikh Mabele