Habitué à croiser la route du Paris Saint Germain en ligue des champions depuis 2015, le Real Madrid viendra de nouveau défier le champion de France mercredi soir au Parc des Princes. Pour ce premier match de la phase de poule, les deux favoris du groupe A ( avec Galatasaray et Bruges) se présenteront avec des effectifs amoindris. 

Comme lors de la saison 2015/16, le PSG a donc hérité du Real Madrid en phase de poule de ligue des champions. Cette année là, les Merengue, lors de leur double confrontation, n’avaient pas perdu face aux Parisiens (0-0 et 1-0).  En terminant premiers et invaincus du groupe, les protégés de Zinedine Zidane étaient même parvenus à aller au bout de la compétition en soulevant le trophée. Exploit qu’ils rééditeront deux fois d’affilée toujours sous les ordres du tacticien Franco-algérien (2017 et 2018). 

Zinedine Zidane

Zinedine Zidane

Pour cette nouvelle campagne européenne, qui débute par ce choc au sommet, les Madrilènes avanceront avec un peu plus de certitudes que les camarades de Thiago Silva. Le recordman de titres en coupe d’Europe – treize trophées glanés – pourra s’appuyer sur son précieux vécu en C1. Ce statut de favori qui escortera les Espagnols est d’ailleurs clairement assumé par Raphael Varane. « On sait comment aborder ce genre de match. L’expérience est toujours un plus.On a des objectifs élevés car c’est un club où l’exigence est à un très haut niveau.On vient avec l’ambition de tout gagner car nous sommes le Real », martèle l’International tricolore. 

Auteur d’un début de saison en demie teinte en Liga – deux victoires et deux nuls -, le Real est enthousiaste à l’idée d’entamer son parcours européen. Un mini championnat qui ravit Zinedine Zidane : « On est content de débuter une autre compétition. Le Paris Saint Germain est un rival. On attend beaucoup des deux équipes. Nous sommes préparés ».

Benzema, l’atout offensif des Merengue

Karim Benzema

Karim Benzema

Pour tenter de malmener la défense parisienne, l’entraineur des Galactiques pourra compter sur son arme fatale en la personne de Karim Benzema. Le natif de Lyon assume, depuis le départ de Cristiano Ronaldo pour la Juventus en 2018, le rôle de leader d’attaque. Fort d’une belle efficacité en Liga , avec quatre buts en quatre matches de championnat, le mal aimé du football français se présentera à Paris avec le plein de confiance et un statut unanimement reconnu. « J’ai toujours cru en Karim. Il a montré le joueur que c’est. Ce n’est pas qu’un buteur. C’est aussi un joueur d’équipe qui démontre à chaque match. Il est fantastique », se félicite Zidane. Raphael Varane, de son coté, met l’accent sur l’importance du goléador au sein de l’effectif madrilène : «  Karim fait partie des cadres. Il est extrêmement important. Il est complet. On a besoin de lui pour ces matches. Sa carrière impose le respect ». 

Thomas Tuchel est également sous le charme du franco-algérien. Le technicien allemand sait que l’avant-centre de Madrid sera l’un des joueurs dont il faudra particulièrement se méfier.« Karim un joueur sous- estimé dans le monde. C’est la classe mondiale. Etre le numéro 9 au Real, c’est impressionnant. C’est un leader.Il a beaucoup de qualités. Il joue dans l’axe, sur le coté. Il centre et est très fort de la tête. C’est difficile de défendre contre lui. » 

Paris orphelin de sa MCN

Paris orphelin de sa MCN

Le Paris SG  sans sa MCN

Pour la confrontation de ce soir, les deux formations devront toutefois faire face à une hécatombe de blessés ou de suspendus. Coté parisien, les absences conjuguées de Cavani, Neymar et Mbappé affaibliront sans aucun doute le compartiment offensif du club de la capitale. Dans le camp d’en face, c’est la défense qui sera privée de joueurs aussi expérimentés que Sergio Ramos ou Marcello.

Cette symétrie de handicaps dans des secteurs opposés n’empêchera toutefois pas le Real de partir avec les faveurs des pronostics. Au rayon statistique le bilan est clairement à l’avantage des Ibériques. Depuis que le Qatar a pris les rênes du PSG, la Maison blanche n’a jamais perdu contre les Bleu et Rouge.Trois victoires et un match nul en faveur des coéquipiers d’Eden Hazard. De quoi rassurer un Real qui se cherche depuis le retour à la barre technique en mars dernier de Zinédine Zidane. 

@Nasser Mabrouk