Inspirée par un Msakni des grands jours, la Tunisie s’est imposée en Guinée (4-1). La route du Mondial 2018 passe désormais par un nul au minimum le mois prochain contre la Libye à domicile.

Au coup d’envoi à Conakry, la Tunisie démarre son match contre la Guinée avec une certitude : une victoire sur le Syli sera synonyme de qualification, à condition que la Libye accroche la RDC. Les Aigles de Carthage comptent en effet trois longueurs d’avance sur la RDC au coup d’envoi. Ils espèrent donc que la Libye, qui a piégé la Guinée en septembre (1-0), rééditera le même exploit à Monastir aux dépens des coéquipiers de Cédric Bakambu.

Sur une surface de jeu haute et étroite, la Tunisie domine les débats, et tente de faire circuler le ballon sans grosse prise de risque. Dès la 12e minute, Youssef Msakni, expédie un coup franc direct, légèrement côté gauche à l’angle de la surface, sur la transversale de Naby Keita. Le ton est donné.

Un quart d’heure plus tard, Msakni, intenable, relaie Ali Maaloul, le latéral gauche du Ahly Cairote, qui entre dans la surface et frappe… sur la base du poteau droit de Keita !

Après la demi-heure de jeu cependant, la Tunisie commence à piétiner. Le Syli se remet en ordre de marche, sous la conduite de Naby Keita «Deco », son capitaine, qui évolue au RB Leipzig en Bundesliga.

Et c’est Keita qui va décanter la situation, sur un très beau mouvement collectif. Il transmet à Seydouba Soumah, et le joueur du Partizan Belgrade lui remet dans la surface. Keita trompe Matlouthi d’une petite frappe croisée du gauche (1-0, 36e) au grand plaisir d’un public clairsemé mais heureux.

Piqués au vif, les Tunisiens profitent d’un coup franc, encore une fois à l’angle gauche de la surface guinéenne, pour répliquer par Youssef Msakni, certainement le meilleur Tunisien. Ce dernier expédie une frappe sous la barre de Keita (45e +2) dans le temps additionnel (1-1).La Tunisie termine en boulet de canon.

Youssef Msakni

Youssef Msakni

La Tunisie termine en boulet de canon

En seconde période, la Tunisie revient plus concentrée que jamais, sous la baguette de son chef d’orchestre Youssef Msakni. La Guinée résiste comme elle peut. Jusqu’à la 74e minute. Msakni, lancé au milieu de terrain, expédie une frappe tendue à ras de terre des 25 mètres (2-1). Désormais en confiance, les Aigles de Carthage ne se contentent pas de faire circuler le ballon : ils cherchent à enfoncer le clou en inscrivant le but du KO. A la 83e, Msakni récupère un ballon au milieu de terrain et lance Ben Amor qui trompe Keita d’une frappe croisée dans la surface (3-1).

Alors que le public de Conakry vide les tribunes du stade du 28-septembre, la Tunisie continue d’assiéger le but adverse. Alors que l’on est entré dans le temps additionnel, le capitaine et buteur guinéen Naby Keita est exclu par l’arbitre zambien Sikazwe pour une gifle sur Ben Amor… La Tunisie, loin de chercher à faire tourner le ballon, accélère une dernière fois. Ali Maaloul, superbe dans son couloir gauche, adresse un centre au second poteau pour Msakni, qui conclut son festival par un troisième but personnel (4-1, 90e +5).

Ce superbe succès ne qualifie pas encore la Tunisie, qui conserve son avance sur la RDC, victorieuse (2-1) de la Libye à Monastir au même moment. Mais la bande conduite par Nabil Maaloul n’a désormais besoin que d’un seul point lors de son dernier match, le 6 novembre à domicile face à Libye, pour se qualifier pour Russie 2018.

@Samir Farasha

 La feuille de match

A Conakry,

GUINEE – TUNISIE : 1-4 (1-1). Arbitre : M. Sikazwe (ZAM). Buts : Naby Keita (36e) pour la Guinée ; Youssef Msakni (45e +2, 74e, 90E +5), Mohamed Ben Amor (83e) pour la Tunisie. Expulsion : Naby Keita (90e +4) pour la Guinée.

GUINÉE : Aziz Keita – Ousmane Baldé, Ibrahima Conté, Baissama Sankoh, Issiaga Sylla – Ibrahima Conté 2, Naby Keita cap), Sadio Diallo (Joel Lamah, 85e) – Seydouba Soumah, Demba Camara (Sory Kaba, 78e), Idrissa Sylla (Ibrahima Saknhon, 65e). Entraîneur. : Fodé Lappé Bangoura.

TUNISIE : Aymen Matlouthi (cap) – Hamdi Nagguez, Rami Bedoui, Yassine Meriah, Ali Maaloul – Fakhreddine Ben Youssef (Anice Badri, 59e), Mohamed Ben Amor, Ferjani Sassi (Aymen Trabelsi, 76e), Ghilane Chaalali – Youssef Msakni, Taha Yassine Khenissi (Wahbi Khazri, 78e). Entraîneur. : Nabil Maaloul.