Auteurs d’une belle prestation sur le plan collectif mais incapables de marquer, les Lions de l’Atlas se sont (encore) inclinés, cette fois sur un but du phénomène Cristiano Ronaldo en tout début de match. De quoi donner bien des regrets. Il n’y aura pas de second tour pour eux.

Il y a quinze jours, les Lions de l’Atlas avaient encore la fraîcheur de leur fin de préparation. au Mondial 2018 . Invaincus, ils restaient sur deux victoires et surtout, cinq buts inscrits. C’était avant leur défaite contre l’Iran (1-0) et cette obligation de réaliser un gros résultat contre le Portugal, champion d’Europe en titre.

A Moscou, devant plus de 78 000 spectateurs, le Maroc n’a jamais démérité. Il n’a flotté qu’une seule fois, sur un corner de Bernardo Silva côté droit, à la 4e minute. CR7 se débarrassait facilement du marquage de Da Costa pour placer une tête plongeante sous la transversale de Munir El-Kajoui, son quatrième en deux matches.

Mondial 2018: Maroc: après deux défaites il ne reste plus que l'honneur à saucer face à l'Espagne (photo Fifa.com)

Mondial 2018: Maroc: après deux défaites il ne reste plus que l’honneur à saucer face à l’Espagne (photo Fifa.com)

Au coup d’envoi, Hervé Renard avait décidé de procéder à trois changements : Da Costa prenait la place de Saïss dans l’axe aux côtés de Benatia. Dirar et Boutaïb débutaient également, tandis que Harit et El-Kaabi quittaient le onze de départ. Un seul objectif : sortir du match avec un résultat positif. Quelques instants plus tard, Ronaldo héritait d’une belle passe de Raphaël mais sa frappe trop croisée manquait le cadre. La première réaction marocaine intervenait dans la foulée : Dirar centrait pour Boussoufa dont la tête fuyait le cadre.

36 ans après, la belle histoire n’a pas bégayé pour le Maroc

Encouragés par cette tentative, les Lions de l’Atlas poussaient toujours plus. Sur corner, Benatia obligeait, de la tête encore, Rui Patricio à intervenir sur sa ligne (12e). Ziyech, très remuant côté gauche, testait encore le gardien portugais à ras de terre (23e).

A la 26e, se produisait certainement le tournant du match : Amrabat, qui avait débuté avec un casque de rugbyman sur la tête (après sa commotion cérébrale contre l’Iran) était accroché par Guerreiro dans la surface. Penalty ? L’arbitre ne consultait même pas la VAR…Alors que le Maroc se montrait toujours plus dangereux, le Portugal s’offrait un ballon de break quand Guedes remisait pour CR7. Sa reprise était détournée dans un superbe réflexe par le gardien El-Kajoui (39e).

Un but d'entrée à aussi au Portugal (photo Fifa.com )

Un but d’entrée à aussi au Portugal (photo Fifa.com )

Malgré ce but de retard à la pause, les Marocains avaient de bonnes raisons d’espérer en seconde période et repartaient de plus belle. Amrabat tentait de surprendre Rui Patricio, sobre et concentré, sur une frappe tenue (55e). Quelques instants plus tard, le gardien portugais sortait d’une superbe claquette la tête piquée de Belhanda au pied du poteau, consécutive à un coup franc de Ziyech (57e). La balle d’égalisation, sans aucun doute…

En dépit de cette domination et des occasions multiples, le Portugal ne pliait pas même s’il perdait pied au milieu de terrain. Les trois changements intervenus côté Portugal l’ont été dans ce secteur, preuve que le Maroc a vraiment mis en danger le champion d’Europe.
Plus on s’approchait de la fin de la rencontre et plus les Nord-africains se faisaient pressants, comme sur ce nouveau coup franc de Ziyech qui trouvait le capitaine Benatia, mais sa tête n’était pas cadrée cette fois (78e).

Les entrées de Fajr, Carcela et El-Kaabi n’y changeaient rien. Malgré ce sang neuf apporté et surtout cette touche technique, les hommes d’Hervé Renard n’ont pas réussi à tromper la vigilance d’une défense solide commandée par Pepe. Après 95 minutes d’un match courageux, le Maroc s’inclinait (1-0). Avec cette défaite, la qualification s’est elle aussi envolée.
Dommage que cette équipe n’ait pas mis les mêmes ingrédients contre l’Iran quelques jours plus tôt car elle se serait certainement imposée, mais on ne peut pas réécrire le scenario. Trente deux ans après Mexico 86 et la victoire de la bande dirigée par le Brésilien Mehdi Faria sur le Portugal (3-1), l’histoire n’aura donc pas bégayé…

@Samir Farasha

La feuille de match
Maroc : Munir – Dirar, Da Costa, Benatia, Hakimi – Boussoufa, El-Ahmadi (Fajr, 86e) – N. Amrabat, Belhanda (Carcela, 74e), Ziyech – Boutaïb (El-Kaabi, 69e). Entraîneur : Hervé Renard
Portugal : Rui Patricio – Cédric, Pepe, Fonte, Raphael Guerreiro – Bernardo Silva (Gelson Martins, 59e), Moutinho (Adrien Silva, 89e), William Carvalho, Joao Mario (Bruno Fernandes, 70e) – Cristiano Ronaldo, Guedes. Entraîneur  : Fernando Santos.