Battu mais pas abattu. Tel est l’état d’esprit du sélectionneur des Lions de l’Atlas après la défaite de ses hommes face à l‘Iran (0-1) lors du premier match de Coupe du monde. La tache est immense pour ne pas dire insurmontable si l’on tient compte de la qualité de l’adversité que les coéquipiers de Mehdi Benatia doivent affronter. En l’occurence le Portugal et l’Espagne. Mais Hervé Renard  qui a fait une analyse Lucie de la défaite ne compte pas lâcher le morceau :« Je suis très déçu. même si j’étais venu avec un match nul, j’aurais été très déçu, par rapport à la physionomie de la partie. Alors vous pouvez imaginer avec une défaite et ces occasions en notre faveur. Tournons nous vers le deuxième match. (…) Les joueurs étaient abattus. On ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes. On fait deux fautes successives, on prend un but contre son camp. C’est de notre faute. On s’est fait crucifier. Il a manqué plus de justesse technique dans le dernier geste. Dans une compétition à trois matches, tant qu’il  en reste deux, quel que soit l’adversaire, il y a toujours de l’espoir ». Un deuxième match contre le Portugal que le natif d’Aix-les-Bains devra disputer sans l’un de ses cadres les plus influents, le défenseur latéral Noureddine Amrabat, blessé et contraint à quelques jours de repos.

@2022mag.com