Logiques vainqueurs (1-0) du Hilal Riyadh saoudien, les Japonais d’Urawa Red Diamonds succèdent aux Coréens de Jeonbuk Hyundai Motors au palmarès de la LDC asiatique. Ils joueront le mois prochain la Coupe du monde des clubs aux Emirats.

Une frappe pleine lucarne, comme un coup de tonnerre. 88e minute d’une finale retour très disputée, sous les yeux du sélectionneur japonais Vahid Halilhodzic, vainqueur lui aussi d’une Ligue des champions (en Afrique) avec le Raja Casablanca, vingt ans plus tôt.
Le Brésilien Rafael Silva vient de faire définitivement basculer le match du côté des Urawa Red Diamonds, et la majorité des 63 700 spectateurs du stade de Saitama bascule dans une joie indescriptible. Le banc japonais est comme secoué de spasmes, et à côté de lui, les remplaçants saoudiens tentent de trouver les mots pour remotiver leurs coéquipiers. Trop tard.

Après le match nul réalisé à l’aller à Ryad (1-1) une semaine plus tôt, la formation japonaise se présentait déjà avec un léger avantage psychologique. Les hommes de Takefumi Hori savaient qu’un nul blanc leur suffisaient pour inscrire leur nom au palmarès, dix ans après leur premier titre.
C’est pourtant Urawa qui se lançait le premier à l’assaut du but gardé par Al-Maiouf. Dès la première minute, Nagasawa chipait le ballon dans les pieds du capitaine Jahfali mais ne cadrait pas sa frappe. Un avertissement sans frais pour des Saoudiens contraints de faire le jeu pour marquer le plus tôt possible.

Al Hilal Riyadh

Al Hilal Riyadh

Le maillage défensif japonais et une certaine prudence profitent à Urawa pendant les vingt premières minutes. Mais petit à petit, la formation saoudienne, coachée par l’Argentin Ramon Diaz, qui a joué au Japon deux décennies plus tôt (aux Yokohama Marinos), s’enhardit. Salem Al Dawsari expédie à la demi-heure de jeu une frappe qui lèche la transversale de Shusaku Nishikawa, le dernier rempart des Red Diamonds. Juste avant la pause, le blond Uruguayen Nicolas Milesi, l’un des deux étrangers du onze saoudiens avec le goleador syrien Omar Khribin, se procure une belle opportunité mais ne cadre pas.

La seconde période reprend comme elle s’est terminée : sur un pressing toujours plus haut des Saoudiens, qui cherchent à étouffer Urawa et à frapper au but le plus près possible. La domination du Hilal s’avère stérile par manque de précision ou par précipitation. Les Japonais, disciplinés et solides derrière, sous la conduite de l’axe Abe-Makino, plient sans jamais rompre.

Ce sont même eux qui vont se créer la plus belle occasion de but, sur un coup franc de la gauche repris de la tête par le Brésilien Silva, déjà. Mais Al-Maiouf, d’une incroyable détente, est à la parade sur sa ligne et repousse même le deuxième ballon à bout portant (73e).
Quelques instants plus tard, le pressing haut et agressif du Hilal débouche sur l’expulsion de son milieu Salem Al Dawsari, qui écope d’un second avertissement (78e). Réduit à dix, le Hilal fait entrer son vétéran et capitaine de la sélection nationale, Yasser Al-Qahtani (35 ans), pour booster l’équipe.

Buteur à l'aller Omar Khribin est resté muet à Saimata (photo afc.com )

Buteur à l’aller Omar Khribin est resté muet à Saimata (photo afc.com )

Hori, le coach japonais, a gardé deux cartouches pour la fin et fait entrer son Zlatan, Ljubijankic, aux avant-postes, à la place de Kiroki, qui aura tout essayé. Dans les quelques minutes qui suivent, le Brésilien Rafael Silva se joue de Jahfali et de son acolyte Osama dans l’axe, et inscrit le but de la délivrance (88e). Un succès mérité, construit patiemment, face à un adversaire saoudien qui aura insisté mais sans jamais trouver l’ouverture.

Urawa Red Diamonds a privé Al Hilal Riyadh d’un troisième titre continentalLa Coupe reprend donc le chemin du Japon neuf ans après le dernier succès d’un club de la J-League (c’était Osaka Gamba). Pour le football saoudien, qui n’a plus remporté le titre majeur asiatique depuis le doublé de l’Ittihad (2004-2005), l’attente va durer une année supplémentaire.

Rafael Silva, auteur de son 9e but de la compétition, termine 2e et dauphin du Syrien Omar Khribin (10). Pour rappel, les deux hommes avaient été les buteurs de la finale aller. Urawa Red Diamonds représentera donc l’Asie lors de la Coupe du monde des clubs de la FIFA, du 6 au 16 décembre prochains aux Emirats Arabes Unis.
Les Japonais, qui entreront au niveau des quarts de finale (le 9 à Abou Dhabi) affronteront les vainqueurs du barrage entre Al-Jazira (EAU) et Auckland City (NZL) qui se dispute le 6 décembre à Al-Aïn. A noter que le Wydad Casablanca (MAR) champion d’Afrique 2017, jouera les Mexicains de Pachuca le 9 décembre à Abou Dhabi également.

@Samir Farasha

La feuille de match

A Saitama,

Urawa Red Diamonds (JAP) – Al-Hilal (ARS) : 1-0 (0-0). Arbitre : M. Iramtov (OUZB). But : Rafael Silva (88e) pour Urawa.

Urawa : Nishikawa – Endo, Abe (cap), Makino, Ugajin (Mauricio, 74e) – Aoki, Kashiwagi (Umesaki, 90e +4) – Muto, Koroki (Zlatan Ljubijankic, 84e), Rafael Silva – Nagasawa. Entr.: Takefumi Hori (JAP).

Al-Hilal : Abdullah Al-Maiouf – Al Burayk, Osama Hawsawi, Mohamed Jahfali, Yasir Al-Sharani – Salem Al-Dawsari, Nicolas Milesi, Abdullah Otayf (Mohamed Al-Shalhoub, 88e), Salman Al-Faraj (Yasser Al-Qahtani, 68e), Nawaf Al-Abid – Omar Khribin (Omar Fallatah, 62e). Entr.: Ramon Diaz (ARG).



Palmarès depuis 2007

2007: Urawa Red Diamonds (JAP); 2008 : Gamba Osaka (JAP), 2009 : Pohang Steelers (CDS), 2010 : Seongnam Ihlwa Chunma (CDS), 2011 : Al-Sadd (QAT), 2012 : Uhlsan Hyundai (CDS), 2013 : Guangzhou Evergrande (CHN), 2014 : Western Sydney Wanderers (AUSTR), 2015 : Guangzhou Evergrande (CHN), 2016 : Jeonbuk Hyundai Motors (CDS), 2017 : Urawa Red Diamonds (JAP).