Les Saoudiens ont raté un penalty et se sont inclinés logiquement sur un but tardif en seconde période.

 

Le jeune attaquant Naïf Hazazi ne risque pas d’oublier ce premier match d’Asian Cup où il avait la lourde tâche de remplacer Nasser Al-Shamrani, diminué et non titularisé.

Fauché dans la surface par Ren Hang à l’heure de jeu, Hazazi a voulu se faire justice lui-même. Mais il a vu sa molle tentative de penalty repoussée par Wang Dalei, le gardien de but chinois, qui fête aujourd’hui ses 26 ans.

Après cet échec, la Chine, qui avait dominé la majeure partie de la rencontre mais s’était laissée endormir en début de seconde période, réagissait. Et c’est Yu Hai, sur un coup franc des 25 mètres frappé à l’extérieur de la surface côté droit, qui trompait Waleed Abdullah, le gardien saoudien d’une frappe placée avec un rebond (81e).

La première période a vu une équipe chinoise très agressive tenter de stopper, souvent de façon très limite, les actions saoudiennes impulsées par Hazazi le plus souvent. Mais c’est la Chine qui, à la 43e, se créa la plus belle occasion par Wu Xi, une frappe dans la surface détournée du bout du gant par le portier saoudien.

Les entrées en jeu de Al-Sahlawi et Al-Shehri en fin de rencontre, pour tenter d’arracher l’égalisation, se sont révélées vaines. La Chine, sans grande imagination mais solide et très tonique, s’impose logiquement.

Cosmin Olaroiu, de son côté, peut regretter le manque d’efficacité et d’application de son groupe sur les rares opportunités créées. Les Saoudiens affrontent mercredi la Corée du Nord tandis que la Chine défiera l’Ouzbékistan, vainqueur des Nord-Coréens aujourd’hui (1-0).
@2022mag.com