Auteur d’un triplé avec Lyon face en Caen (4-0) ce weekend en Ligue 1, l’international français Nabil Fekir prend de plus en plus d’assurance à tous les niveaux: sportif et mental. Il paraît tellement confiant en son potentiel et  le proclame en toute circonstance. Même lorsqu’il s’agit de gagner une place en équipe de France. Interrogé mardi par le quotidien l’Équipe à l’occasion du stage des Bleus à Clairefontaine, il n’a pas caché son ambition. Après avoir répété qu’il ne s’était pas trompé en choisissant les Bleus au lieu des Fennecs, il affirme être en équipe de France pour bouleverser la hiérarchie: “ Sans aucune arrogance, je ne viens pas ici pour rester sur le banc. Je vais tout faire pour m’imposer dans cette équipe.” Voilà qui est dit. Et pour montrer qu’il ne plaisante pas, il commente les sifflets qui ont accompagné ses débuts avec le onze de Didier Deschamps : “ Honnêtement, je m’en fous. Les sifflets ne me dérangent pas. Au contraire, c’est une force supplémentaire pour leur montrer qu’ils ont tort. C’est sûr que se faire siffler par son propre public, c’est un peu embêtant mais, sur le terrain, ce n’est pas ce qui va me perturber.” Il n’est pas certain qu’une telle sortie médiatique sera appréciée par ses coéquipiers de la sélection et sans doute pas  amadouer ceux qui le chahutent lors des matches internationaux. A moins qu’il devienne vraiment, dans un proche avenir, le Messi que devinent en lui ses dirigeants olympiques, Jean-Michel Aulas et Bernard Lacombe.

 @2022mag.com