L’élection du meilleur joueur de l’année par la FIFA a laissé l’attaquant international égyptien Mohamed Salah sur la troisième place du podium derrière le Croate du Real Madrid,  Luka Modric, et  le Portugais Cristiano Ronaldo aujourd’hui »qui joueur de la Juventus. Mais devant le Français Kylian Mbappé (Paris SG).

Ce classement a beaucoup décu les fans du Pharaon qui estimait que l’attaquant de Liverpool aurait mérité un meilleur sort, même si sa campagne du Mondial n’a pas ressemblé à celle de Modric et à un degré moindre à celle quintuple Ballon d’or.

Michel Salgado, récemment nommé adjoint du sélectionneur Javier Aguirre a dit toute sa déception :«Salah est un joueur du monde arabe, du Moyen-Orient et il représente le monde musulman», a-t-il confié au journal Aran News. Avant de préciser sa pensée :  «Maintenant, il est un modèle pour tout le monde dans le monde arabe. Même mon fils – il est Espagnol, mais il fréquente  une école avec beaucoup d’Égyptiens et d’enfants arabes –  a maintenant pour  idole Mohamed Salah. Je ne me souviens avoir connu  quelque chose de ce genre  dans le passé ».

Salgado plaide pour le renouvellement dans la politique des récompenses, afin qu’elle corresponde à l’universalité du football:  « Il est très important pour le monde du football d’avoir un joueur comme Salah sur la plus haute marche du podium. Je pense qu’il est important de conserver désormais   des joueurs autres que Cristiano et [Lionel] Messi qui représentent l’Europe ou d’Amérique du Sud. Il est important que nous ayons des joueurs en lice pour des prix en provenance d’horizons différents tels que l’Égypte. C’est ma conviction ».

Il semblerait que le Pharaon n’a, hélas, même pas fait le plein de voix  chez les votants du monde arabe et de l’Afrique. Seulement dix parmi les 21 sélecionneurs  des équipes arabes ont placé Mohamed Salah  dans le top 3.

@2022mag.com