Alors qu’il profite de ses vacances en famille pour se ressourcer et passer un Ramadan plus convivial, Faouzi Ghoulam  s’est confié au journal algérien Le Buteur. Le joueur de Naples, qui fait actuellement l’objet de beaucoup de convoitises des plus grands clubs européens ( le Real, Arsenal, Chelsea, le PSG) révèle que la sérénité n’a pas toujours été de mise au sein du vestiaire algérien sous l’ère Halilhodzic. « Du temps de Vahid, il y avait beaucoup de problèmes qui ne sont pas sortis dans la presse.Il y a une chose qu’il faut accepter en Equipe nationale. Il y a des joueurs qui évoluent dans de très grands clubs. Il y a des egos qui n’existaient pas avant. il faut les gérer », avoue le latéral gauche. Le Napolitain affirme que pour régler ce dilemme, le successeur du Bosnien, Christian Gourcuff, est plus doué pour ménager les susceptibilités humaines. «  Gourcuff est beaucoup plus proche de nous et plus à l’écoute. Le coach fait un travail formidable à ce niveau-là. Il arrive à gérer tous les joueurs. En Algérie, c’est plus difficile parce que tous les joueurs aimeraient jouer par amour du maillot. Ce sont des egos qu’on voit moins dans des clubs ou dans d’autres sélections », conclut le natif de Saint Etienne.