C’est  dans les colonnes du site internet de la Fédération algérienne de football (FAF) que le nouveau sélectionneur des Fennecs, Djamel Belmadi, a vraiment évoqué ses sentiment  et dévoilé ses intentions . Ils commence par lancer un avertissement aux impatients : l La tache sera rude. Ce que je sais, c’est que la mission d’entrainer la sélection algérienne n’est pas facile. Il nous faut beaucoup de travail pour redresser la barre. Si je ne le suis pas ou que je sentais qu’il y avait le moindre doute, je n’aurai jamais accepté de m’assoir à la table des négociations. Je pense que je suis bien armé pour accomplir cette mission. J’ai l’expérience qu’il faut, je suis quand même dans le coaching depuis 10 ans ».

Le plus jeune (42ans) sélectionneur de l’histoire de l’équipe nationale  à fixe les objectifs des quatre prochaines années  et propose de ne pas brûler les étapes : « Nous étions absents au dernier Mondial en Russie et je suppose que cela a fait beaucoup de mal aux Algériens. Mais avant d’arriver à cette date de 2022, nous aurons entre temps deux Coupes d’Afrique des nations (2019 et 2021) à disputer et plus proche de nous des éliminatoires à négocier dès le mois de septembre. Donc on va aller étape par étape. Les choses se construirons au fur et à mesure ».

make

Djamel Belmadi (photo faf.dz)

On sait ainsi qu’il établira sa première liste élargie de joueurs au lendemain de la signature de son contrat prévue  le 15 aout avant de désigner les 23 joueurs quelques jours avant le rendez-vous face à la Gambie prévu le 6 septembre. Concernant son staff, il semblerait que l’essentiel est à faire :  » Mis à part Aziz Bouras, qui sera l’entraineur des gardiens de but. Je ferai appel à un entraineur adjoint et à un préparateur physique. J’aurai aimé disposer de mon staff que j’avais au Qatar, mais les membres de ce dernier ont préféré rester en place. Je ferai donc autrement, mais avec des hommes que j’aurai à choisir et qui s’inscriront dans la démarche de travail que nous adopterons pour le bien et le meilleur de l’équipe nationale ». En clair, ceux qui rêvaient de voir l’ancien taulier de la défense algérienne, Madjd Bougherra ,venir dans les bagages du natif de Marseille sont évidement déçus. Le premier discours du sélectionneur a néanmoins  été cohérent, maîtrisé et raisonnable.

@Cheikh Mabele