La manche retour de la finale de la Ligue des champions d’Afrique aura lieu vendredi soir à Radès. Malgré le succès assez net d’Al Ahly  sur ses terres face à l’ ES Tunis (3-1), le suspens reste entier.

D’autant que les Tunisiens sont sortis très frustrés par un arbitrage  de l’Algérien  Mehdi Abid Charef  et ont bien l’intention de montrer qu’ils valent bien mieux que la performance du Caire. Il faut rappeler que le match avait été spécialement heurté et difficile à suivre avec pas moins de  48 fautes sifflées et  cinq cartons jaunes dont trois pour les visiteurs. Si la tension est encore  palpable une semaine après, pour les Sang et Or la bonne nouvelle est venue de la Confédération africaine de football (CAF) qui a levé la suspension qui pesait sur les deux virages du stade olympique. C’est donc devant 60 000 fans que les champions en titre de Tunisie défendront leurs chances d’aller chercher le Graal africain.

Al Ahly défendra bec et ongles son avance de deux buts (photo cafonline.com)

Al Ahly défendra bec et ongles son avance de deux buts (photo cafonline.com)

Toujours au chapitre des bonnes ondes, l ‘EST va profiter des absences de certains cadres du Ahly soit pour blessures (Ahmed Fathi, Ali Maaloul ) soit pour suspension (Walid Azaro). Même si cela ne semble pas  donner plus de cheveux blancs  à l’entraîneur des Red Devils : « Nous sommes prêts pour le match et nous avons comme objectif spécifique de revenir de Tunisie avec le trophée pour rendre les fans heureux. Nous avons des solutions pour surmonter les absences qui touchent l’équipe; Mohamed Hani peut remplacer Ahmed Fathi.Nous sommes bien préparés pour le match et concentrés sur la conquête du trophée. J’aimerais remercier les fans qui se sont rendus en Tunisie pour nous soutenir. Je suis honoré de diriger Al Ahly et remporter le titre est la seule chose à laquelle je pense en ce moment ».

Une confiance ahlaouie que les Espérantistes  comptent bien mettre à mal comme l’espère le défenseur Sameh Derbal : « Vaincre Ahly 2-0 à Radès sera difficile mais pas impossible. Il faudra également éviter d’encaisser un but sur notre pelouse. Nous devons éviter ce scénario et jouer de manière équilibrée.Nous allons nous battre pendant ce match pour remporter le titre. Notre défaite au match aller est un fait et nous ne pouvons pas en changer le résultat. Mais nous nous concentrons maintenant sur cette manche retour et sur la manière de renverser la situation en notre faveur ».

L'ES Tunis en conquête d'un troisième titre continental ( photo cafonline.com )

L’ES Tunis en conquête d’un troisième titre continental ( photo cafonline.com )

A Tunis, tous les Tunisois et Tunisiens  souhaitent fêter la troisième victoire de l’EST en Ligue des champions. Cela fait sept ans qu’ils attendant cet événement.Mais les dirigeants du club et ceux du football national souhaitent aussi éviter les incidents comme ceux qui avaient émaillées la demi-finale retour face au Primero do Agosto (4-2) et ne pas risquer une sanction  qui pourrait être très lourde en cas de récidive. D’où les appels au calme qui se sont multipliés toute la semaine. A l’image de ce cri du coeur d’un ancien président:  » C’est une occasion pour nous de prouver que nous sommes un grand club et que nos supporters sont à la hauteur, a déclaré Slim Chiboub au micro de Radio Med,  j’ai peur pour l’avenir du club après ce match. Si le public n’est pas conscient de sa responsabilité, ne se montre pas patient et n’accepte pas un résultat négatif, les conséquences seraient lourdes. Il y a des pages sur Facebook qui ne font que mettre de l’huile sur le feu (…). Nous avons été lésés à l’aller par un arbitre douteux. Je demande aux supporters d’être conscients que c’est l’occasion d’enterrer la hâche de guerre avec les forces de l’ordre et de faire attention à leur club ».

Sera-t-il écouté ? Tout le monde le souhaite. L’autre partie inquiète, c’est  l’instance faîtière africaine qui veut à tout prix éviter que la vitrine de ses compétitions de clubs offre une image détestable qui pourrait également déplaire aux partenaires économiques et médiatiques. Celles-ci payant souvent assez cher  le droit d’associer leurs noms à l’événement. De leur côté, les autorités tunisiennes ont décidé de mettre le paquet pour garantir le bon déroulement du derby nord-africain en mobilisant, selon des chiffres annoncées par NessmaTV, 12 300 policiers et 4500 miliaires. Soit un ratio d’ homme de la sécurité pour quatre spectateurs !

@Cheikh Mabele