Chahutée chez elle, l’Egypte remporte (3-2) le match de gala qui l’opposait à l’autre qualifié du groupe, la Tunisie. Une victoire à la toute dernière minute qui porte le sceau de Mohamed Salah.

Il y a six mois en arrière, il n’est pas certain que l’Egypte aurait trouvé les ressources morales, techniques et tactiques pour décrocher une victoire face à sa bête noire, la Tunisie. Un mondialiste 2018 déjà qualifié pour la prochaine CAN, leader du groupe et vainqueur 1-0 des Pharaons en 2017.

A Borg el-Arab, le public en a eu pour son argent, puisqu’il a assisté à un match de gala, très ouvert, et qui avait des allures de revanche, une semaine seulement après la victoire en LDC de l’Espérance de Tunis (3-0, 1-3 à l’aller) sur le Ahly cairote.

Pour toutes ces raisons, l’Egypte avait à cœur de réaliser un match plein. Mais c’était faire fi des prétentions adverses. Les Aigles de Carthage étaient les premiers à se manifester sur un coup franc direct. Dès la deuxième minute, Khazri trouvait la transversale d’El-Shenawi. Première alerte.

Alors que l’on n’avait pas encore atteint le premier quart d’heure, Naïm Sliti, parti à la limite du hors-jeu, se jouait d’El-Mohamady, le capitaine égyptien, et trompait El-Shennawy d’une frappe à ras de terre (1-0, 14e). Une avance au score logique qui avait le mérite de réveiller des Pharaons amorphes. Trezeguet, en pleine bourre avec son club de Kasimpasa (TUR) obligeait le gardien Ben Mustapha à une superbe parade sur une frappe lourde (21e).

A la demi-heure de jeu, Trezeguet égalisait à bout portant sur une frappe déviée par un Tunisien. Les locaux terminaient fort la première période sur ce résultat nul, qui laissait augurer une seconde période encore plus intéressante.

Salah délivre les Pharaons dans le temps additionnel

Salah délivre les Pharaons dans le temps additionnel

L’Egypte devait pourtant patienter jusqu’à l’heure de jeu pour prendre l’avantage à la suite d’un coup franc d’Amr Warda côté gauche, qui trouvait la tête du stoppeur Baher Morsy (2-1) absolument libre de tout marquage.

Cet avantage était pourtant de courte durée puisque Naïm Sliti, l’un des tous meilleurs Tunisiens, égalisait à bout portant après un ballon mal repoussé par Hegazy (72e). Un joli doublé pour l’attaquant de Dijon qui n’aura pas ménagé ses efforts.

Tout était donc à refaire pour l’Egypte qui semblait se diriger vers un partage des points finalement assez logique, lorsque Mohamed Salah, peu en verve jusqu’alors, réalisait un joli une-deus avec l’entrant Shelabi et inscrivait du gauche et d’une petite pichenette au-dessus de Ben Mustapha, le but de la délivrance (3-2, 90e) !

La soirée se terminait sur une note positive et un succès pour le Mexicain Javier Aguirre, dont c’était la quatrième victoire en autant de matches depuis qu’il a pris la succession de Hector Cuper.

@Samir Farasha

Les équipes

Egypte : El Shenawi – EL Mohamady, Baher Morsy, Hegazy, Ashraf – T Hamed (Mohamed Mahmoud, 75′), El Neny, Warda  5Taher Mohamed, 85′)- Trezeguet, Marwan Mohsen, Salah. Entraîneur.: Aguirre.

Tunisie :  Ben Mustapha – Bronn, Meriah, Bedoui, Haddadi – Ben Mohamed, Skhiri, Sassi -  Khaoui, Khazri, Sliti. Entraîneur .: Okbi et Kanzari.