Entre le mercedi 10 et  le mardi 16 octobre  les éliminatoires de la CAN 2019 connaîtront une belle avancée avec deux journées consécutives. Certaines équipes verront certainement avoir l’occasion de se reprendre, de combler un retard  et d’autres pourront même  prendre une sérieuse option sur la qualification. A suivre particulièrement le choc Libye-Nigeria 

 L’état des lieux

Algérie :  Des Fennecs revanchards

Accrochée début septembre à Banjul  par la Gambie (1-1), l’Algérie demeure en tête de son groupe à la veille d’affronter le Bénin en aller et retour. Cet adversaire  réussit très bien aux Algériens qui recevront en premier à Blida. On peut raisonnablement  penser qu’en cas d’un double succès les Fennecs mettront  un pied et deux orteils en phase finale.  A noter que le sélectionneur Djamel Belmadi va faire  ses premiers pas devant le chaud public du stade Mustapha Tchaker. Certainement un grand moment d’émotion  pour l’ancien joueur de Marseille, de Paris SG et de Manchester City.

Algérie ( photo cafonline)

Algérie ( photo cafonline)

Egypte :  Confirmer les choix offensifs d’Aguirre 

En juin 2017, l‘Egypte avait débuté la compétition par une défaite au stade de Radès devant la Tunisie (1-0). Après un Mondial russe qui ne laissera pas un grand souvenir au peuple du Nil, les Pharaons se sont vengés sur la Modeste sélection du Niger (6-0)  et espèrent en faire de même devant le Swaziland avec un match aller au Caire.  Ce sera le deuxième test pourJavier Aguirre le nouveau sélectionneur qui a décidé de jouer la carte de l’offensive et rompre avec la légendaire prudence de son prédécesseur, l’Argentin Hector Cuper. Dans ce groupe, l’Egypte semble convaincu qu’elle disputera  la première place de la poule A  lors du derby contre la Tunisie prévu en mars 2019.

Le Mexicain Javier Aguirre à la tête des Pharaons (photo efa.com)

Le Mexicain Javier Aguirre à la tête des Pharaons (photo efa.com)

Libye :  Solides  Chevaliers de la Méditerranée

Sans faire de bruit, la Libye est en train de devenir un candidat sérieux dans un groupe qui  comprend – excusez du peu – le Nigeria et l’Afrique du Sud. Après avoir martyrisé  le Malawi, les protégés de l’Algérien Adel Amrouche ont ramené un point de Durban face à l’Afrique du Sud (0-0). Et personne n’aurait crié au scandale s’ils étaient carrément imposés.  Mais le juge de paix de leur parcours  et de leur potentiel sera la double confrontation avec les Super Eagles. Toujours  condamnés  à recevoir leurs adversaires  sur terrain neutre (Tunis, Alger ?), les Chevaliers de la Méditerranée  ont vraiment du mérite.

Maroc:  la force tranquille des Lions de l’Atlas

Les Lions de l’Atlas partent largement favoris  de la double opposition face aux Comoriens. Même  si ces derniers ont réalisé un vrai tour de force en accrochant les Lions Indomptables du Cameroun (1-1) champions d’Afrique en titre. L’équipe dirigée par Hervé Renard comptera sur sa  défense imperméable, même en l’absence de Mehdi Benatia, et sur une armada offensive menée par un super Hakim Ziyech  et qui en avait mis trois au Malawi lors de la dernière journée

 Hakim Ziyech   patron technique des Lions de l'Atlas

Hakim Ziyech patron technique des Lions de l’Atlas

Mauritanie : le droit de rêver en grand

C’est l’équipe africaine qui monte. La progression des Mourabitounes est indiscutable comme l’ont prouvé ses deux succès en deux matches. La bande à Corentin Martins  avait commencé par s’imposer au Botswana (1-0) avant de mater le Burkina Faso (2-0), troisième de la  CAN 2017. Ce dernier duel gagné est sans doute un tournant pour une équipe qui court depuis des lustres derrière une première participation à une phase finale de la plus grande épreuve continentale. Un projet qui passera  inévitablement par une deux résultats positifs face à l’Angola.

Mourabitounes 2018 (photo page Facebook de la FFRIM)

Mourabitounes 2018 (photo page Facebook de la FFRIM)

Tunisie: Les Aigles  de Carthage  sans pression ?

La Tunisie n’a pas manqué une phase finale depuis 1992 et est très bien partie pour valider un nouveau billet. Elle a fait le plus gros du travail en battant l’Egypte (1-0) et en allant gagner  au Swaziland  (1-2). In  fine, le nouveau sélectionneur, Faouzi Benzarti n’a pas fait la révolution au sein de l’effectif  forgé par  son prédécesseur  Nabil Maaloul. E bien évidemment, les Aigles de Carthage partent largement favoris face au Nigériens qu’ils recevront en premier. En marquant six point sur six, les coéquipiers de Wahbi Khazri , m^me si e discours officiel est prudent, seront sans doute officiellement qualifiés le 16 octobre .

Tunisie 2018

Tunisie 2018

@Cheikh Mabele