Dans un entretien  accordé   la chaine de télévision Afrique Media, le président de la Confédération africaine de football (CAF) Ahmad Ahmad est revenu sur les raisons qui ont amené au  désaisissement du Cameroun de l’organisation de la CAN 2019. Le patron de l’institution faîtière du football africain a voulu rappeler que le Cameroun était prévenu des inquiétudes suscitées par les multiples retards : “Les infrastructures vous le savez très bien, avec un taux de finition entre 50 et 55%.. Nous ne pouvons pas aller dans un stade ou dans un hôtel dont la construction vient à peine de s’achever et à amener 500 jeunes footballeurs professionnels. Il y’a aussi le rapport de la visite d’inspection, tout ça c’est réel. La CAF a à cet effet dépensé beaucoup d’argent pour accompagner le Cameroun et rappeler que ces travaux nécessitent des accélérations. Vous savez, c’est depuis le 20 septembre 2014 que cette CAN a été attribuée au Cameroun, vous pouvez voir avec moi à quel moment ont commencé les travaux ».

la CAF doit faire sa révolutiiona

CAF

Alors que l’idée d’un recours du Cameroun devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) ne semble pas écartée, Ahmad Ahmad précise : » Nous avons validé par le comité exécutif et approuvé par le congrès de la CAF que le Cameroun n’était pas prêt. Ce sont des décisions légitimes et légales que nous avons prises. Tous les 20 membres du comité exécutif présents ce jour-là on dit que ce n’était pas possible pour le Cameroun d’organiser cette CAN. Nous ne pouvons faire aucune entorse malgré les efforts constatés et la volonté réelle du chef de l’Etat Paul Biya, car le règlement, c’est le comité exécutif qui l’a mis en place depuis fort longtemps”.

Pour éviter la rupture, la CAF propose au Cameroun d’être le pays qui accueillera  l’édition 2021 ce qui décalera du coup le tour de la Côte d’Ivoire à 2023: ” Pour arranger les choses de manière humaine, nous décalons donc toutes les CAN pour donner plus de chance au Cameroun afin qu’il réalise les infrastructures et nous allons les accompagner de près afin qu’ils soient prêts en 2021. On organisera donc la CAN 2021 au Cameroun et la CAN 2023 en Côte-d’Ivoire ». Cette proposition suffira-t-elle a éteindre la colère du pays des Lions Indomptables  et quid de la position des Ivoiriens? Affaire à suivre. En attendant, la CAF a trois semaines seulement pour trouver le candidat idéal à l’organisation de la prochaine CAN prévue dans sept mois.

@2022mag.com