Au tiers de la phase finale de la CAN 2019, l’Egypte,  qui a a remplacé le Cameroun au pied levé pour organiser le plus grand événement du football africain, voit ses dirigeants  s’auto-féliciter allant jusqu’à estimer que l’organisation de cette CAN n’a rien à envier   celle du dernier Mondial en Russie. Le Président de la Fédération égyptienne  de football (EFA), Hani Abou Rida, s’est enflammé  en conférence de presse pour établir une comparaison avantageuse en estimant que son pays n’a eu que quatre mois pour organiser un événement de niveau mondial alors que 7ccfa25efa15f7de60d5927a7bf6af72-can-2019-madagascar-les-cles-d-une-surprisela Russie a disposé de huit ans pour mener à bien le sien.

 Le boss égyptien en profite même pour propose  d »aider le Cameroun à organiser la CAN 2021.  » En Égypte, les stades  sont très proches l’un de l’autre et ne nécessitent pas beaucoup de déplacements. Notre pays  tentera certainement de de se porter candidat  à l’organisation d’une  Coupe du monde à l’avenir ». Toutefois, Hani Abu Rida concède quelques soucis dans le domaine de la billetterie:  » ll y a des  problèmes, mais ceux-ci ont été corrigés.Je demande aux fans de rester patients car l’objectif du processus de billetterie est d’assurer la sécurité de nos invités et les choses iront mieux. Tout le monde peut acheter des billets, a-t-il précisé, mais il  n’est pas important pour moi que le stade soit plein si je ne peux pas contrôler l’identité des supporters qui le remplissent ». Il est vrai qu’hormis les trois matches des Pharaons, les stades ont sonné  creux même ceux qui accueillaient les affiches les plus alléchantes. Seuls les gros contingents de supporters du Maroc et de l’Algérie arrivent à créer de belles ambiances.

@2022mag.com