Invaincue depuis 23 matches en phase finale de CAN, l’Egypte disputera la finale de la 31e édition après avoir remporté la séance des tirs au but face à un adversaire supérieur dans le jeu. Un héros : El Hadary .

 Les Etalons sont les premiers à se mettre en évidence. La toute première frappe cadrée, dans l’axe, est l’œuvre de Razack Traoré. El-Hadary capte facilement. Quelques instants plus tard, le néo Nantais Nakoulma déborde et centre à terre côté gauche. Le gardien vétéran s’interpose.

Les Etalons pressent, pressent…

La toute première occasion franche est encore au crédit des Etalons, très chauds en ce début de match. A la suite d’un centre mollement boxé par El-Hadary, Blati Touré frappe au but (8e). Le gardien égyptien se détend et s’interpose finalement. Première alerte chaude dans le camp des Pharaons, et certainement pas la dernière de la soirée.

L’Egypte ne se manifeste qu’après le premier quart d’heure, sur une frappe déclenchée dans le couloir gauche par Hassan Trezeguet qui se met sur son pied droit. Mais le tir n’est pas cadré (17e).`

 Blati Touré  / Ibrahim Salah (photo cafonline)

Blati Touré / Ibrahim Salah (photo cafonline)

Le public s’enthousiasme pour un ciseau acrobatique d’Aristide Bancé, son chouchou. Le geste, superbe alors qu’il est suivi de près par Gabr, se termine par une frappe dans les nuages (25e). Bertrand Traoré s’essaie à la demi-heure de jeu sur une frappe lointaine dans l’axe avec un rebond qui n’inquiète pas le gardien égyptien. Au passage, ce dernier bat le record d’invincibilité d’un gardien à la CAN : 10 heures sans encaisser de but.

Alors que le Burkina Faso a la mainmise sur le jeu, les Egyptiens s’offrent une nouvelle occasion. Une frappe de Kahraba, qui évolue aux avant-postes en l’absence de Mohsen, blessé, déclenche un tir que Koffi repousse difficilement sur le côté (38e). Les Pharaons démontrent avec ce mouvement qu’ils n’abandonnent pas toute velléité de but.

… Mohamed Salah soulage les Pharaons

En seconde période, la domination se fait plus forte mais ce sont les Pharaons qui ouvrent la marque après l’heure de jeu, sur un joli mouvement collectif, par l’intermédiaire de leur joyau Mohamed Salah, d’une frappe dans la lucarne (65e). La réaction burkinabè ne se fait pas attendre : Aristide Bancé, intenable, égalise huit minutes plus tard. Il met fin à la longue invincibilité de Hadary et des Pharaons. Le gardien et capitaine réalise une parade réflexe sur une tentative de frappe lobée dans le temps additionnel, signée Banou Diawara, le joueur de Smouha Alexandrie.

4d427aff-587a-4b0c-beca-5ffc68ed587d

La fin du match intervient sur ce score (1-1) alors que la rencontre a été éclairée par le jeu en mouvement des Etalons. La prolongation intervient. Trente minutes supplémentaires qui voient les équipes se neutraliser et aller au bout de l’effort. Les Burkinabè donnent tout, l’Egypte s’est recroquevillée depuis longtemps.

Puis la loterie des tirs au but désigne l’Egypte

Et puis, la loterie des tirs au but. Hervé Koffi, le burkinabè, stoppe le premier tir d’Abdallah Saïd. Les Etalons sont devant jusqu’à 3-3. Moment choisi par le gardien des Etalons pour marquer le 4e tir. Mais El-Hadary intervient. Warda transforme le sien (4-3). Bertrand Traoré se présente pour le cinquième tir. El-Hadary, à contrepied, laisse traîner une main ferme. L’Egypte se qualifie 4-3 à l’issue d’un choc qu’elle n’a jamais dominé. Le Burkina devra se contenter de regrets. L’Egypte, sept ans après, va jouer une finale continentale. Elle n’a pas perdu depuis le début et reste sur 24 matches (série en cours) invaincue en CAN. Elle attend désormais son adversaire du 5 février…

@Samir Farasha à Libreville

La feuille de match

Burkina Faso – Egypte, 1 – 1, 4 tab à 3 (0-0). 19422 spectateurs. Arbitre : M. Diedhiou (SEN). Buts : Bancé (73e) pour le Burkina Faso ; Mohamed Salah (65e) pour l’Egypte.

Avertissements : B. Traoré (86e) pour le Burkina Faso ; Fathi (41e), Kahraba (54e) pour l’Egypte.

Burkina Faso : Hervé Koffi – Steeve Yago, Issoufou Dayo, Bakary Koné, Yacouba Coulibaly – Abdoul Razack Traoré (Banou Diawara, 80e), Blati Touré, Charles Kaboré – Bertrand Traoré, Aristide Bancé (Alain Traoré, 102e), Préjuce Nakoulma. Entraîneur : Paulo Duarte.

Egypte : Essam El-Hadary – Ahmed El-Mohamady (Omar Gaber, 106e), Aly Gabr, Ahmed Hegazy, Ahmed Fathi – Tarek Hamed, Abdallah Saïd, Ibrahim Salah – Mohamed Salah, Mohamed Kahraba (Amr Warda, 74e), Mohamed Hassan Trezeguet (Ramadan Sobhi, 85e). Entraîneur: Hector Cuper.