Vainqueur logique des Egyptiens du Pyramids FC, le club marocain a maîtrisé le contexte de l’évènement et patiemment construit son court succès (1-0).

Sobre et rapide, al cérémonie de remise de la Coupe et des médailles présidée par Ahmad Ahmad n’a pas empêché les Orange de Berkane de fêter avec forces démonstrations de joie, leur bonheur. Quelques minutes avant la levée de la Coupe par le capitaine Mohamed Aziz, drapeau marocain sur les épaules, Berkane défendait encore avec détermination et intelligence son but d’avance sur cet adversaire égyptien, Pyramids, qui avait décidé -enfin- de se réveiller pour jouer son meilleur football.

Au coup d’envoi de cette finale de Coupe de la Confédération disputée au Complexe Prince Moulaye Abdallah, les choses étaient claires : le vainqueur du soir serait forcément un nouveau club titré sur la scène africaine. Pyramids n’a que deux ans d’existence et Berkane avait échoué en finale de cette même compétition l’an passé.

Tarek Sektioui a présenté la même équipe et le même schéma tactique, par rapport à sa demi-finale remportée quelques jours plus tôt contre le Hassania Agadir (2-1). De son côté, le Croate Ante Cacic, septième technicien sur le banc (éjectable) de Pyramids en l’espace de deux ans et demi, n’avait procédé qu’à une seule modification : l’entrée d’Ahmed Bakry, un défenseur axial supplémentaire, aux dépens du Ghanéen John Antwi, six buts dans la compétition mais muet et peu en verve au cours de la demi remportée contre le Horoya (2-0). Un ajustement tactique qui aura toute son importance…

 RS Berkane - Pyramids , 1-0 (photo caf.com )

RS Berkane – Pyramids , 1-0 (photo caf.com )

Dès le coup d’envoi, c’est Berkane qui se créait la toute première opportunité. Pas de round d’observation donc entre ces deux candidats à la succession du Zamalek. A la 7e minute, les choses se précisaient même puisque Iajour obligeait Al Mahdi Soliman à une intervention à bout portant. Berkane accentuait son emprise sur la rencontre. 15e minute : le tournant du match intervient sur un coup franc frappé côté droit par Nemsaoui. Son centre est mal repoussé. S’ensuit un cafouillage au point de penalty où Lajour reprend le ballon… qui touche finalement le tibia du Burkinabè Issoufou Dayo, monté aux avant-postes comme d’habitude sur coup de pied arrêté. Le ballon trompe le gardien égyptien et entre tout doucement dans le but ! Berkane vient de passer devant et ne va plus céder cet avantage (1-0, 15e).

Après ce but, Pyramids montre les dents et les crampons, les débats deviennent franchement heurtés. Cinq avertissements seront distribués par le Camerounais Sidi Alioum, dont trois aux Berkani. On attend la pause sur ce résultat logique et mérité pour Berkane. Pyramids de son côté, ne pratique pas son meilleur football. Eric Traoré est dominé par son compatriote Dayo et très isolé. Abdallah al-Saïd et Mohamed Farouk ne parviennent pas à trouver des positions de frappe, gênés par le pressing haut et efficace des Marocains.

En seconde période, Berkane reprend sur le même tempo. Iajour est tout proche de réussir le break sur un centre d’El-Helali, au point de penalty mais ne cadre pas (48e). Cacic n’a d’autre solution que de faire entrer des renforts frais pour réanimer son secteur offensif. Ibrahim Hassan et John Antwi sont lancés à l’heure de jeu. Et c’est vrai que Pyramids va un peu mieux. Berkane commence à s’essouffler, fatigué par ce pressing. Les Egyptiens seront proches de l’égalisation à deux reprises. D’abord sur un coup franc indirect côté gauche aux abords de la surface. Abdallah Al-Saïd trouve Farouk dont la talonnade manque d’un rien le cadre (64e). Quelques instants plus tard, Farouk centre pour la tête décroisée d’Antwi, qui frôle le poteau de Laaroubi (69e). En réponse à ces tentatives, Berkane remet un coup d’accélérateur. Laachir part en contre dans le couloir droit mais rate inexplicablement le cadre (72e). 

th

Les dernières minutes voient l’entrée d’Alain Traoré, l’autre étalon Burkinabè, pour Berkane. El-Helali commet l’irréparable avec un tacle d’une grande violence sur Omar Gaber qui défendait aux abords de sa surface (89e). Aidé par la VAR, Alioum l’expulse logiquement après ce geste. Réduits à dix, les Berkani vont résister intelligemment à la dernière possession de Pyramids. A l’issue de cinq longues minutes de temps additionnel, Alioum siffle la fin du match. Les joueurs tombent au sol, prient, hurlent leur joie, se jettent dans les bras de leurs coéquipiers. Berkane remporte cette première levée africaine. Un titre mérité chaudement applaudi sur le podium par Faouzi Lekjaa, président de la RSB, mais aussi de la fédération (FRMF) et l’un des vice-présidents de la CAF. La nuit marocaine appartient aux vainqueurs dont les cris résonnent longtemps dans ce stade sans public. Au même moment, la direction de Pyramids, quelques minutes après cette défaite, a viré sans ménagement Ante Cacic…  

@Samir Farasha

La feuille de match

Renaissance Berkane (MAR) – Pyramids FC (EGY) : 1-0 (1-0). Arbitre : M. Sidi Alioum (CAM). But : Dayo (15e). Expulsion : El-Helali (89e) à Berkane.

RSB : Laaroubi – Nemsaoui, Dayo, Mokadem, Aziz © – Krouch (Alain Traoré, 83e), Naji, El-Helali – Laachir, Iajour (Regragui, 90e), El-Hadraf (El-Kess, 63e). Entraîneur : Sektioui.

PYRAMIDS : Soliman – Tawfik (Antwi, 65e), Ali Gabr, Mansour (Ib. Hassan, 56e), Bakry, Hamdi – Omar Gaber (Awad, 90e+2), Nabil Dunga – Mohamed Farouk, Abdallah Al-Saïd ©, Eric Traoré. Entraîneur : Ante Cacic.