Les vendanges du mois de mars ont été excellentes pour le Maroc et la Tunisie durant les dix jours consacrés aux matches de préparation au Mondial 2018. Deux matches et deux succès pour les sélections maghrébines. L’Egypte a calé et l’Arabie Saoudite s’est effondrée. 

Les Aigles de Carthage tranquilles à Nice

La Tunisie est venue à bout à l’Allianz Riviera de Nice , sans vraiment trembler, d’une honnête  équipe du Costa Rica (1-0)  grâce à un but de son attaquant vedette, Wahbi Khazri (36′) . Le joueur du Stade Rennais devrait cependant canaliser sa formidable énergie et éviter de se faire reprendre par les arbitres. Des gestes d’humeur comme ceux montrés à Nice pourraient lui coûter cher dans un match de  Coupe du monde et pénaliser son équipe.  Nul doute que Nabil Maaloul lui en touchera un mot. Dans l’ensemble le succès des Aigles de Carthage, très dominateurs durant la première période, est mérité. petite ombre au tableau, la sortie sur blessure du défenseur latéral gauche Ali Maaloul. Il reste désormais t tests haut de gamme  aux  Tunisiens pour peaufiner leur préparation  qu’ils disputeront  le 28 mai contre le Portugal et le 9 juin faxe à l’Espagne.

L’équipe tunisienne alignée  par Maaloul : Moez Hassan, Dylan Bronn (Yohan Ben Alouane), Ali Maaloul (Oussama Haddadi), Syam Ben Youssef, Yacine Meryah, Elyes Skhiri, Ferjani Sassi, Anis Badri (Ghazi Ayedi), Naim Sliti (Taha Yacine Khenissi), Seifeddine Khaoui (Fakhreddine Ben Yousef), Wahbi Khazri (Bassam Srarfi).

Débuts prometteurs pour Ayoub El Kaabi avec les Lions de l'Atlas A (photo cafonline.com )

Débuts prometteurs pour Ayoub El Kaabi avec les Lions de l’Atlas A (photo cafonline.com )

Les Lions de l’Atlas ont de la réserve

Le Maroc avait réalisé la plus belle performance vendredi dernier en s’imposant  à Turin face à la Serbie (2-1).Ils ont confirmé mardi leur état de forme en dominant l’Ouzbékistan (2-0) à Casablanca. Avec une équipe entrante très remaniée par rapport à celle qui s’était imposée quelques jours plus tôt, le Maroc n’a pas trainé en ouvrant la marque dès la troisième minute  par le prince du dernier CHAN, Ayoub El Kaabi idéalement servi  par Yacine Bammou en conclusion d’un super rush mené par Amine Harit. Le sort des Ouzbèks sera scellé en fin de première période sur un but de   Manuel Da Costa qui a repris de la tête un corner bien tiré par Fayçal Fajr. L’addition aurait pu être plus lourde mais les changements  opérés après la pause par Hervé Renard ont logiquement  un peu déréglé la belle machine. A la fin du match, le sélectionneur ne pouvait pas ne pas être interrogé sur la grande première des meilleure buteur du CHAN. Et sa réponse fut un encouragement critique pour  le natif de : « Je ne peux pas vous dire s’il a gagné sa place dans les 23,  a répondu le sélectionneur, déjà je le répète encore une fois, il y’a beaucoup de jours et de semaines qui vont écouler jusqu’à une première liste qui doit être livrée à la Fifa aux alentours du 13 14 mai. Voilà, donc on doit continuer à suivre son évolution avec son club. Je pense qu’il a été efficace aujourd’hui comme il l’a toujours été avec l’équipe nationale marocaine au CHAN. Mais dans les déplacements, la synchronisation ou la complémentarité avec les autres, ce n’était pas toujours parfait ». Ayoub sait ce qui lui reste à faire pour s’imposer.

Le onze entrant des Lions de l’Atlas : Munir Mohamedi, Oualid El Hajjam, Manuel Da Costa, Romain Saiss, Achraf Hakimi, Sofian Amrabat, Faycal Fajr, Amine Harit, Zakaria Labyad, Yassine Bammou Ayoub El Kaabi

Hector Cuper et les Pharaons on -t du boulot (photo cafonline.com )

Hector Cuper et les Pharaons on -t du boulot (photo cafonline.com )

Sans Salah, les Pharaons impuissants 

L‘Egypte a déchanté mardi soir à Zurich. Auteurs d’une superbe prestation face au Portugal vendredi malgré la défaite, les Pharaons ont cette fois baissé pavillon devant la modeste sélection de Grèce (0-1). Hector Cuper avait affirmé avant le match qu’il allait injecter du sang neuf pour ce match.Il l’a fait partiellement en laissant sur le banc sa star Mohamed Salah et en donnant leur chance à des joueurs comme la gardien d’Al Ismaily, Mohamed Awwad,  et le milieu offensif de l’ENPPI, Mohamed Magdi ainsi qu’à un revenant, Moemen Zakareya. Mais l’Egypte n’est jamais vraiment entrée dans cette rencontre dont la Grèce a réussi a prendre les commandes dès la demie heure de jeu grâce au but de Karelis qui a repris un joli centre de Michalis Bakakis.Les Héllènes auraient pu mener par deux buts d’écart  à l’heure de jeu sans le ratage incroyable de Costa Stafylidis. Il semble qu’il reste encore beaucoup de travail  aux Egyptiens  avant de présenter une sélection redoutable. Rendez-vous en mai et juin où trois matches amicaux les attendent contre le Koweit, la Belgique et la Colombie.

L’équipe aligné par Hector Cuper: Mohamed Awwad, Ahmed Elmohamady, Ali Gabr, Saad Samir, Omar Gaber (Aymen Ashraf, 48′), Hossam Ashour, Mohamed Elneny, Ramadan Sobhi (Shikabala, 79′), Mohamed Magdi( Hussein-El-Shahat, 46′), Moemen Zakareya (Amr Warda, 46′), Marwan Mohsen(Kahraba, 69′)

Maux de tête pour Juan Antonio Pizzi

Maux de tête pour Juan Antonio Pizzi

L’Arabie Saoudite coule en silence

Le moins que l’on puisse dire c’est que l’Arabie Saoudite n’a pas fait le poids mardi soir à Brucelles face aux Diables Rouges belges. Battus 4 à 0, les protégés de l’Argentin Juan Antonio Pizzi on mesuré l’écart qui les sépare encore du top 16 mondial. Le serial buteur de Manchester United , Romelu Lukaku, leur a fait des misères en inscrivant un doublé en une mi-temos (13’? 39′) avant  que  Michy Batshuayi (77′) et le milieu offensif Kevin De Bruyne (78′) enfoncent  le clou. Il faut reconnaître que les Saoudiens n’ont jamais fermé le jeu et donc permis à l’attaque de feu belge de faire beaucoup de dégâts comme le reconnaissait Alex Witsel : « On a fait le boulot et l’Arabie Saoudite a fait des cadeaux car elle est venue pour faire le jeu ».

@Cheikh Mabele