C’était la fête mercredi soir à Bassorah et ce pour deux raisons. Pour fêter le retour des grands matches internationaux dans la région  et parce que l’équipe nationale irakienne a atomisé  sa rivale saoudienne (4-1). Une sélection  qualifiée pour la Coupe du monde 2018. les Lions de la Mésopotamie  n’ont jamais tremblé devant les protégés de l’Argentin Antonio Pizzi . En ouvrant le score grâce à un but contre son camp signé du défenseur  Saed Al-Rabeai (21′) puis en enfonçant le clou par l’intermédiaire du milieu de terrain Emad Mohsen (41′) et du finisseur Mohanad Ali ( 45′ et 71′). La réduction du score saoudienne  par  Hassan Moaz (57′) était anecdotique.

Cette lourde défaite des coéquipiers  de Taisir El-Jassim (121 sélections)  efface d’un coup les bienfaits perçus lors  du premier match de préparation disputé et gagné lundi à Jeddah  face à la Moldavie (3-0). Le technicien argentin qui avait succédé en novembre à son compatriote  Edgardo Bauza a du pain du planche  à trois mois du Mondial où les Saoudiens évolueront dans le groupe du pays hôte et en compagnie de l’Egypte et de l’Uruguay. Prochain test pour les Faucons, le 23 mars face à l’Ukraine. De son côté, l’Irak espère, grâce à ce match réussi sur les plans sportif et organisationnel convaincre enfin la FIFA de lever l’interdiction de disputer les matches internationaux officiels sur son territoire. Une mesure qui remonte à la Guerre du Golfe  lancée par les Etats-Unis en 1990.

@Cheikh Mabele