Battu 3-1 à Kinshasa, le Raja de Casablanca remporte la Coupe de la Confédération édition 2018 au bénéfice du but inscrit à l’extérieur. La conclusion d’une campagne continentale exceptionnelle.

Le Raja peut remercier Abdelilah Hafidi. En marquant, après une vingtaine de minutes de jeu le premier but de cette finale retour sur passe de Benhalib, le milieu de terrain des Verts a placé son équipe dans une position idéale.

A ce moment-là, il condamnait le V. Club de Kinshasa, déjà battu 3-0 une semaine plus tôt à l’aller, à un exploit : marquer cinq buts à la défense du Raja ! Une mission quasiment impossible.

Peu gênés par le synthétique usé du stade des Martyrs de Kinshasa, les joueurs de l’Espagnol Juan Carlos  Garrido faisaient alors mieux que de gérer leur belle avance au tableau d’affichage. Ils empêchaient les Dauphins noirs de développer leur jeu et dominaient les débats.

Mais le V. Club, en fin de première mi-temps, sortait la tête de l’eau et commençait à réagir. Il égalisait même sur un superbe coup franc direct de Makusu Mundele, le buteur maison, à la 45e+4 (1-1). Ce petit but, porteur d’espoir, sonnait le début de la révolte des Congolais. 

En second période, ils revenaient plus motivés que jamais, tandis que le Raja optait pour des contres par les rapides Hadraf et Benhalib. A force de reculer, le Raja encaissait un nouveau but, signé du remplaçant Batezadio sur une belle frappe (2-1, 71e) après un centre de l’autre remplaçant, Chadrack Lukombe.

Face au Raja le e Vita club a tout essayé en vain...

Face au Raja le e Vita club a tout essayé en vain…

Ce dernier remettait ça trois minutes plus tard, et offrait le but de l’espoir à Fabrice Ngoma (3-1, 74e). Le Raja, dont les joueurs recroquevillés en défense paraissaient épuisés, était au bord de l’explosion mais résistait. Il restait un quart d’heure, et les Marocains n’avaient d’autre choix que de protéger leur but comme ils le pouvaient. Ils ne sortaient déjà plus de leur camp, totalement assiégé par un V. Club qui se prenait à rêver de réussir deux nouveaux buts. Longues minutes de siège du but gardé par Zniti, et défense verrouillée par le binôme Badr Benoun-Sand al-Warfali.

Bousculés, les joueurs du Raja ne concédaient pas de nouveau but, malgré cinq longues minutes de temps additionnel. Et c’est eux qui, dans le ciel étoilé de Kinshasa, levaient le nouveau trophée de la Coupe de la confédération remis par le président Ahmad. Un succès qui porte la marque du coach Garrido, déjà vainqueur en 2014 sur le banc du Ahly cairote.

Un autre succès continental aussi pour les Benoun, Hafidi, Hadraf, vainqueurs, rappelons-le, du CHAN chez eux début février. Un succès totalement mérité qui vient surtout couronner une saison pleine sur le plan africain.

Le Raja, qui n’avait plus perdu depuis aout et son match de poule contre le V. Club (2-0) a certes craqué mais ne s’est pas effondré. Il récolte aujourd’hui les fruits de cette campagne réussie. Félicitations à lui. Il retrouvera prochainement l’Espérance de Tunis pour une Supercoupe d’Afrique qui ne manquera pas de saveur. 

@Samir Farasha  

 La feuille de match

Vita Club : Lukong – Shabani, Makwekwe, Bompunga, Ngonda – Munganga, Ngoy (Luzolo), Ngoma – Moloko (Chadrack Lukombe), Makusu Mundele, Ngudikama (Batezadio). Entraîneur ; Florent  Ibenge.

Raja Casablanca  : Zniti, Achchakir, Benoun, Al-Warfali, Boutayeb – Baye Niasse, Lema Mabidi (Oulhaj) – Hadraf (Bouain), Hafidi (Douik), Benhalib – Rahimi. Entraîneur: Juan Carlos Garrido.